1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Salon de l'Agriculture 2016 : Emmanuel Macron en terrain (presque) conquis
2 min de lecture

Salon de l'Agriculture 2016 : Emmanuel Macron en terrain (presque) conquis

REPLAY - Le ministre de l'Économie est arrivé comme une vedette américaine au Salon de l'agriculture, recevant les compliments de beaucoup, mais aussi les critiques d'autres, très remontés.

Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture 2016
Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture 2016
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Emmanuel Macron au salon de l'agriculture 2016
01:35
Vincent Derosier & Marie de Fournas

Emmanuel Macron s'est rendu pour la première fois au Salon de l'agriculture jeudi 3 mars après-midi. Sur place, il a d'abord remporté un certain succès. Son passage dans les allées du Parc des Expositions a suscité un vif intérêt.

Le ministre de l'Économie a joué les séducteurs à tous les stands et son charme a fait des ravages. "Tout me plait en lui, parce qu'il tient les idées de gauches et il est plus de droite. Il vient de la finance aussi et c'est avec l'argent qu'on fait tout", explique une dame dans un stand. "Il incarne du nouveau, la jeunesse et puis du dynamisme", lance une autre. "Il prépare son poste pour 2017 là", s'amuse une troisième.
Et justement, très vite il est question de politique. Debout sur une énorme moissonneuse batteuse, Emmanuel Macron a livré sa vision de l'agriculture. "On a un GPS, on a des drones, on a des lunettes connectées… Parfois quand on a des crises, c'est qu'on n'a pas anticipé, c'est qu'on n'a pas suffisamment investi. L'essentiel c'est de préparer aussi l'avenir", a-t-il assuré devant l'assemblée.

Les charges et tout ça, quand j'aurai tout payé, vous m'avez sucé, il ne me restera rien

Un homme interpellant Emmanuel Macron

Mais après avoir essuyé un franc succès, le ministre a rencontré quelques déconvenues. "On est en train de crever", lui lance un homme au détour d'un stand. "Je sais que c'est très dur", bafouille Emmanuel Macron. "Ah vous savez ! Mais vous ne faites rien", le coupe d'emblée son interlocuteur, avant de poursuivre : "Les charges et tout ça, quand j'aurai tout payé, vous m'avez sucé, il ne me restera rien". Le ministre balbutie quelques explications : "Les charges, elles sont là aussi pour couvrir certains risques." Pas de quoi convaincre l'homme en face. Le ministre est toutefois resté de longues minutes à l'écouter.

Emmanuel Macron a également profité du Salon pour réagir à la décision du syndicat étudiant, l'Unef, de descendre dans la rue le 9 mars prochain pour protester contre le projet de loi El Khomri. "Il faut que les jeunes comprennent que ce projet est bon pour eux", a-t-il assuré. Afin de déminer la contestation étudiante, le ministre a évoqué de possibles "améliorations sur le compte personnel d'activité" et sur "les garanties données aux jeunes". "Je suis positif, volontariste, mais je suis calme et ouvert", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/