1 min de lecture Marine Le Pen

Saint-Denis : "galette des rois" agitée pour Marine Le Pen

Crachats, insultes, barrages... Le déplacement de Marine Le Pen à Saint-Denis n'a pas été de tout repos dimanche après-midi. Des centaines de personnes ont manifesté contre la venue de la candidate du Front National à la présidentielle 2012. La préfecture de police a dénombré 350 manifestants, les organisateurs faisant état de 500 personnes. En marge des attaques ciblant les partisans du FN, des projectiles ont été lancés par les manifestants en direction des forces de l'ordre et une journaliste reporter d'images a été légèrement blessée. Marine Le Pen avait prévu de tirer les rois avec les militants du Front national à partir de 15h30 dans une salle située aux Docks de Paris, au sud de cette commune populaire de la banlieue parisienne. Ce meeting a été légèrement retardé, débutant peu après la dispersion de la manifestation dans le calme vers 15h45.

Les manifestants dénoncent une provocation
 
Cette venue de Marine Le Pen "est une véritable provocation" estiment les organisateurs de la manifestation, le collectif dionysien contre le Front National et l'extrême-droite, qui regroupe des partis politiques (PS, PCF, NPA...), des associations (Ras l'front, MRAP...) et des syndicats (Snuipp, CGT...).
  
"Les valeurs portées par le FN ne sont pas celles portées par la ville, qui sont des valeurs de solidarité, de mélange. Le FN n'a pas sa place ici", a dit Bally Bagayoko, adjoint au maire de Saint-Denis en charge de la jeunesse, présent en tête de cortège.
  
"On estime que le FN n'est pas un parti comme les autres. Il y a une banalisation des idées de Marine Le Pen, qui attirent de plus en plus de voix, y compris dans nos quartiers populaires. Notre objectif est aussi de mieux faire connaître le FN pour déconstruire son programme", a renchéri Agnès Cluzel, membre du collectif et militante du PCF.

Le cortège s'était ébranlé peu après 12h00 dans le centre de Saint-Denis, derrière une banderole proclamant "Pas de fachos dans nos quartiers", aux cris de "Marine Le Pen, dégage, Saint-Denis n'est pas à toi" ou de "F comme fasciste et N comme nazi".
  
Arrivés vers 14h45 devant le lieu où doit se tenir le meeting de Marine Le Pen, protégé par un important dispositif policier, les manifestants ont tendu une banderole "FN dégage".

Haro sur le "descenseur social"

Ces troubles n'ont pas empêché la candidate frontiste de parler de fond. Evoquant à nouveau "les oubliés", les "invisibles", "ceux qui ne font pas la une des journaux", Marine Le Pen a dressé le constat d'une société où l'"ascenseur social est en train de mourir", avec des "classes moyennes qui descendent, génération après génération".
  
Ces classes moyennes, "trop riches pour être aidées, trop pauvres pour s'en sortir", la présidente du FN a promis de les aider à "relever la tête" grâce au protectionnisme économique mais aussi avec un "protectionnisme social", via la priorité nationale, nouveau nom de la préférence nationale.

"Un signal très clair sera donné" aux entreprises : "vous vendez en France, alors vous produisez en France", a-t-elle lancé, devant 1.000 à 1.500 sympathisants (1.500 selon le FN).
  
La candidate de la sortie de l'euro a notamment proposé de "taxer à 35% l'industrie automobile qui ne réalise pas au moins la moitié de sa production sur le sol français", mais aussi les prestations de services délocalisées (centre d'appels téléphoniques au Maghreb ou en Inde).
  
Marine Le Pen a fustigé la TVA sociale, de nouveau qualifiée de TVA "patronale", avant de lier coût du travail et immigration. Selon elle en effet, "si le coût du travail est lourd en France c'est parce que le chômage y est énorme (...) et que le système de protection sociale prend en charge toute la misère du monde au lieu d'être réservé aux Français".

La présidente du FN a conclu son discours en s'attardant sur le logement social. Là encore, elle a appelé à ce que "les Français", "quelles que soient leurs origines", "soient les premiers servis dans leur pays".

Elle a aussi prôné un audit sur "les conditions d'occupation actuelles" des logements sociaux, une simplification des aides au logement et un "chèque premier logement", sous forme de crédit d'impôt aux jeunes accédant pour la première fois à la propriété.

Carte de localisation de Saint-Denis

Lire la suite
Marine Le Pen Politique Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7741914189
Saint-Denis : "galette des rois" agitée pour Marine Le Pen
Saint-Denis : "galette des rois" agitée pour Marine Le Pen
Crachats, insultes, barrages... Le déplacement de Marine Le Pen à Saint-Denis n'a pas été de tout repos dimanche après-midi. Des centaines de personnes ont manifesté contre la venue de la candidate du Front National à la présidentielle 2012. La préfecture de police a dénombré 350 manifestants, les organisateurs faisant état de 500 personnes. En marge des attaques ciblant les partisans du FN, des projectiles ont été lancés par les manifestants en direction des forces de l'ordre et une journaliste reporter d'images a été légèrement blessée. Marine Le Pen avait prévu de tirer les rois avec les militants du Front national à partir de 15h30 dans une salle située aux Docks de Paris, au sud de cette commune populaire de la banlieue parisienne. Ce meeting a été légèrement retardé, débutant peu après la dispersion de la manifestation dans le calme vers 15h45.
https://www.rtl.fr/actu/politique/saint-denis-galette-des-rois-mouvementee-pour-marine-le-pen-7741914189
2012-01-08 22:34:00