3 min de lecture Sahel

Sahel : Jean-Marc Châtaigner, un premier envoyé spécial applaudi

DÉCRYPTAGE - Jean-Yves Le Drian a annoncé la nomination d'un envoyé spécial dans cette région africaine agitée par le terrorisme. C'est le nouveau rôle de Jean-Marc Châtaigner, spécialiste de l'Afrique.

Un hélicoptère français survole Gao, dans la région du Sahel en Afrique
Un hélicoptère français survole Gao, dans la région du Sahel en Afrique Crédit : PETIT TESSON-POOL/SIPA
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

C'est une première pour la diplomatie française. Devant les ambassadeurs, Jean-Yves Le Drian a annoncé la nomination d'un envoyé spécial au Sahel, jeudi 31 août. Il s'agit de Jean-Marc Châtaigner, inconnu du grand public mais reconnu pour son expérience en Afrique. Il a en effet été ambassadeur de France à Madagascar entre 2009 et 2012. Auparavant, il a aussi été directeur des cabinets chargés de la Coopération et de la Francophonie sous Nicolas Sarkozy.

Plus jeune, il a forgé sa carrière comme administrateur civil au ministère de la Coopération et du Développement en 1990, pour se chargé du Niger, du Mali, de la Guinée équatoriale ou encore du Tchad. En janvier 2017, il pilote un dossier réalisé par les anciens élèves de l'ENA consacré au Mali et au Sahel : "Nous sommes tous Sahélien". Actuellement, il est président-directeur général délégué de l'Institut pour la Recherche et pour le Développement (IRD) et prendra ses nouvelles fonctions à partir du 1er octobre 2017.

Qu'est-ce que le Sahel ?

Le Sahel est une région d'Afrique qui englobe plusieurs pays (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Soudan et Érythrée). Elle est particulièrement touchée par le terrorisme islamique, occupée par différents groupes armés jihadistes qui évoluent dans la région. 

Au début de l'année, trois mouvements ont d'ailleurs annoncé leur fusion pour former un nouveau groupe lié à Al-Quaïda, baptisé "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans". La zone est particulièrement propice au développement de ces extrémistes armés, à l'instar de l'organisation État islamique.

La région du Sahel (en vert)
La région du Sahel (en vert) Crédit : Thibault Mazoufre / RTLNet
À lire aussi
Emmanuel Macron, le 18 novembre 2019 OTAN
Emmanuel Macron invite 5 présidents de la région du Sahel à Pau le 16 décembre

L'instabilité de cette région a poussé la France à intervenir militairement au Nord Mali en 2013 et à y rester pour tenter de veiller à la domination des forces maliennes et non jihadistes. Après François Hollande, c'est son ancien ministre et successeur Emmanuel Macron qui fait de la lutte contre le terrorisme une priorité de sa politique étrangère, comme il l'a assuré lors de son discours devant les ambassadeurs, mardi 29 août.

Le terrorisme au Sahel, combat d'Emmanuel Macron à l'étranger

Dans ce sens, le chef de l'État a lancé (avec l'Allemagne) l'Alliance pour le Sahel, le 13 juillet dernier. Il s'agit d'une initiative visant à accélérer l'aide au développement dans cette région. Depuis son arrivée à l'Élysée, Emmanuel Macron insiste sur l'importance de stabilité politique, économique et sociale dans cette zone africaine. Actuellement, 4.000 militaires français sont d'ailleurs engagés dans l'opération antiterroriste Barkhane.

La nomination d'un envoyé spécial pour la région souligne une nouvelle fois l'intérêt de la France à vouloir rendre le Sahel paisible. D'autant que, comme évoqué plus tôt, Jean-Marc Châtaigner connaît bien les enjeux et les populations qui y vivent. 

Le Sahel est un lieu majeur de notre engagement contre le terrorisme et pour la paix.

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères
Partager la citation

Le Sahel "est un lieu majeur de notre engagement contre le terrorisme et pour la paix", a en outre déclaré le ministre des Affaires étrangères devant les ambassadeurs français réunis à Paris.

Le missions de Jean-Marc Châtaigner

"Nous nous engageons aussi sur le terrain politique, notamment pour obtenir que les accords [de paix] d'Alger pour le Mali soient enfin mis en œuvre, et pour soutenir le développement économique de la région", a ajouté le chef de la diplomatie, soulignant la nécessité de "combiner les instruments de la sécurité et du développement" pour lutter contre le terrorisme. Ce dernier point sera donc la principale mission de l'envoyé spécial.

En ce qui concerne Jean-Marc Châtaigner, il est convaincu que le Sahel est "un enjeu majeur pour l'Afrique et l'Europe", écrit-il sur son compte Twitter. Il part alors en mission avec les principes "de respect, d'écoute et d'humilité". 

Il sera alors chargé de "maintenir la cohérence de notre action dans tous ces domaines et convaincre nos partenaires", a indiqué le ministre. Et ainsi, participer à la volonté de la France de stabilisé le Sahel pour y apporter une paix, durable.

Un choix applaudi

Dès l'annonce de sa nomination, jeudi 31 août, de nombreuses personnalités qui évoluent dans le milieu ont salué ce choix de l'Élysée. Gaël Giraud d'ADF France (Agence française de développement) félicite son ancien collègue. 

La directrice de ONE, organisation internationale qui lutte contre l'extrême pauvreté semble ravie de cette nomination, tout comme Aurélien Tobie qui étudie la sécurité au Mali et qui évoque une "bonne nouvelle pour la recherche dans la région". Ou encore le journaliste à RFI Arnaud Contreras selon qui, le nouvel envoyé spécial au Sahel, "connait les enjeux et surtout les populations".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sahel Afrique Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants