1 min de lecture Gouvernement

"S'il y a un type qui n'est pas populiste, c'est moi", assure Dupond-Moretti sur RTL

INVITÉ RTL - Éric Dupond-Moretti se défend d'avoir une posture "populiste" face aux magistrats alors que l'Union syndicale des magistrats l'accuse d'être responsable d'une "trumpisation" de la Justice.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Éric Dupont-Moretti est l'invité de RTL Matin du 25 septembre 2020 Crédit Image : Silvère GERARD/agence 1827/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Paul Turban

Une enquête administrative vise trois magistrats qui avaient diligenté l'examen de factures téléphoniques, les "fadettes", de plusieurs avocats en marge de l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. Maître Éric Dupond-Moretti en faisait partie. Devenu depuis ministre de la Justice, il a décidé de poursuivre l'enquête, suscitant l'ire d'une partie des magistrats. "S'il y a un type qui n'est pas populiste, c'est moi", se défend-il. 

"Madame Belloubet (ministre de la Justice avant Éric Dupond-Moretti, ndlr) a décidé une enquête, une inspection générale des services, confiée à des syndicats, explique le garde des Sceaux sur RTL. Un rapport est rendu : il sort que il y aurait des longueurs de cette enquête, un manque de rigueur et un manque de loyauté. Et vous voudriez que je laisse tomber ça ? Vous me demandez d'étouffer cette affaire ? "

"Les magistrats en question n'ont même pas voulu répondre à leurs collègues magistrats, regrette Éric Dupond-Moretti. Ce sont des magistrats déontologues, dont c'est le métier, qui souhaitaient entendre des magistrats qui n'ont pas voulu répondre à cette convocation. L'une d'entre elles a préféré Paris Match. Les Français qui nous écoutent rendent des comptes à leur patron. Ces trois magistrats ont décidé qu'ils ne voulaient pas rendre de compte." 

Une partie de la magistrature accuse le ministre de la Justice de conflit d'intérêt. Un membre de l'Union syndicale des magistrats a même évoqué "une 'trumpisation' de la justice, et une mise en cause sévère des magistrats que le ministre est censé défendre." "S'il y a un type qui n'est pas populiste, c'est moi", répond le principal intéressé. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Éric Dupond-Moretti
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants