2 min de lecture Vincent Peillon

Rythmes scolaires : Vincent Peillon "demande à tout le monde un effort"

GRAND JURY - Le ministre de l'Éducation a défendu, ce dimanche, sa réforme des rythmes scolaires, à l'issue d'une semaine de mobilisation dans toute la France. Son seul objectif, dit-il : "La réussite des élèves."

Vincent Peillon invité du "Grand Jury", le 17 novembre 2013.
Vincent Peillon invité du "Grand Jury", le 17 novembre 2013. Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Il veut être "ferme". Pas question de plier sur la réforme des rythmes scolaires, pourtant de plus en plus contestée, assure ce dimanche Vincent Peillon, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

"Il y a un endroit où je demande à tous un effort : c'est la réforme des rythmes scolaires", explique-t-il. "Les professeurs doivent revenir le mercredi matin une demi-journée de plus, les parents doivent changer leurs habitudes, c'est important, et les collectivités locales doivent construire des projets éducatifs."

Les enfants ont droit à cinq matinées de bonne classe, ils y auront droit.

Vincent Peillon
Partager la citation

"Sur ces sujets, nous sommes déterminés avec un seul objectif : la réussite des élèves", martèle le ministre de l’Éducation nationale. "Nous sommes le seul pays du monde qui ne donne que quatre demi-journées le matin au moment où les enfants sont les plus attentifs le plus vigilants, pour apprendre à lire et à écrire et à compter", précise t-il. "Les enfants ont droit à cinq matinées de bonne classe, ils y auront droit." confirme le ministre.

Pour cet ancien professeur de philosophie, cette réforme est d'autant plus justifiée que "La France est en difficulté depuis longtemps sur le plan scolaire, différentes études montrent que la réussite scolaire des enfants est en baisse", selon lui "il y a un déclin scolaire profond".

À lire aussi
Vincent Peillon dans le studio de RTL, le 10 janvier 2017 Vincent Peillon
Vincent Peillon sort "Un Chinois à Paris", un polar haletant

Le ministre de l'éducation nationale est revenu une nouvelle fois sur l'appel des 55 maires de l'opposition à boycotter la réforme dénonçant leur isolement "Il y a quoi 50 maires qui sont contre, imaginez, il y a 36 000 maires en France?". Et une certaine manipulation d'élus "J'étais vendredi à Mâcon avec le premier ministre, le sénateur maire de la ville qui était sur cette liste m'a dit qu'il ne l'avait pas signée!".

Avant d'ajouter : "Je ne nie pas qu'il y a des difficultés, mais je voudrais rendre hommage à ceux qui sont déjà passé au nouveaux rythmes scolaires, il y a quand même 4 000 communes, c'est considérable.

Vincent Peillon n'écarte pas pour autant des aménagements. Mais "dans la sérénité", "pas sous la pression de l'émotion", indique t-il.

>
Le Grand Jury du 17 novembre 2013 - Vincent Peillon (1e partie) Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vincent Peillon Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants