3 min de lecture Économie

Retour chez Rothschild, où la saga Macron a démarré

ÉDITO - Dans la famille Macron, on a eu le ministre, le Marcheur, et maintenant le candidat. Et si on revenait à la case départ, quand il travaillait à la banque Rothschild et Compagnie ?

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
François Lenglet : retour chez Rothschild, où la saga Macron a démarré Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Emmanuel Macron est un nouveau venu en politique, parce qu’il a eu une autre vie, auparavant, dans le privé. Il était dans l’une des banques d’affaires les plus influentes, Rothschild et Compagnie. Il a quitté cet établissement au moment de l’élection de François Hollande, à la-mi 2012, pour devenir son principal conseiller économique, puis son ministre.

L'activité d'une banque d’affaires n'a rien à voir avec une banque, en fait. Elle conseille les entreprises dans leurs décisions et leur stratégie, et en particulier lorsqu'elles veulent soit vendre une filiale, soit racheter une entreprise, soit fusionner avec une autre. Conseiller, ça veut dire négocier le prix, régler les questions fiscales et, trouver les financements de l’opération. C’est ce qu’on appelle les "fusacqs", les fusions-acquisitions.

C’est un monde secret, car la confidentialité est indispensable. C’est un monde où l’on travaille énormément. Même les jeunes diplômés stagiaires restent dans ces luxueux bureaux jusque fort tard dans la nuit. C’est un monde enfin où l’on gagne beaucoup d’argent. Macron a ainsi gagné, en 2011 (sa dernière année complète) 1,5 million d’euros.

À lire aussi
Le logo de la banque UBS à Zurich économie
Affaire UBS : la fraude fiscale de plus en plus sanctionnée

Entrée par contacts personnels

Les commissions versées par les entreprises à la banque d’affaire sont considérables. Une partie est versée à l’associé-gérant (c’était le titre de Macron) qui a conclu le deal. Ces experts sont en fait payés pour partie à la commission, pour partie avec les profits de la banque. Emmanuel Macron a, par exemple, conclu le rachat, par Nestlé, du département Nutrition de l'américain Pfizer, face à Danone, qui voulait également l'acquérir. Un deal à 9 milliards.

Comment entre-t-on dans une banque d’affaires ? Il n’y a pas de petites annonces à Pôle Emploi. On est recruté exclusivement par contacts personnels. Bon nombre des établissements de ce type recrutent soit chez les concurrents, en repérant les associés qui peuvent leur apporter du business par leurs contacts, soit dans les grandes écoles, ou - c’est le cas de Macron - à l'Inspection des Finances, c’est-à-dire un corps d’élite de jeunes énarques.

Il y a donc des passerelles entre la haute Fonction publique, les banques d’affaires et le monde politique. C’est un tout petit milieu : quelques centaines de personnes, qui passent ainsi d’un lieu de pouvoir à un autre. Ce n’est d’ailleurs pas propre à la France. On retrouve cela au Royaume-Uni et même aux États-Unis.

Rothschild, une incroyable dynastie

Rothschild, c’est le nom illustre d’une incroyable dynastie de la finance européenne. L’ancêtre de la banque Rothschild, c’est une compagnie de chemin de fer, Paris-Orléans, fondée en 1838, qui a possédé plus de 10.000 kilomètres de voies en France, et qui a été nationalisée dans les années 1930, lorsqu'on a créé la SNCF.

Du coup, les héritiers Rothschild ont lancé une banque, une nouvelle fois nationalisée au début des années 1980 sous François Mitterrand, et refondée ensuite. En 2015 elle était la première banque d’affaires française, selon le classement Thomson Reuters, avec 115 opérations conseillées, d’une valeur de 45 milliards d’euros environ.

Emmanuel Macron a démissionné de la Fonction publique tout récemment. Il était fonctionnaire et banquier en même temps. C’est une bizarrerie française. Lorsqu'on a fait l’ENA, on doit dix ans de service à l’État, en contrepartie du fait qu’on est payé pendant ses études. Mais on peut interrompre cette période en partant dans le privé, et retrouver le statut de haut fonctionnaire, avec un emploi et un salaire, quand on le souhaite. C’est une sorte d’assurance perpétuelle.

Macron a souhaité ne pas conserver ce parachute, et c’est plutôt à son honneur. Il devra du coup rembourser à l'État une partie de ses frais de scolarité, pour 50.000 euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Banque Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785825922
Retour chez Rothschild, où la saga Macron a démarré
Retour chez Rothschild, où la saga Macron a démarré
ÉDITO - Dans la famille Macron, on a eu le ministre, le Marcheur, et maintenant le candidat. Et si on revenait à la case départ, quand il travaillait à la banque Rothschild et Compagnie ?
https://www.rtl.fr/actu/politique/retour-chez-rothschild-ou-la-saga-macron-a-demarre-7785825922
2016-11-17 08:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3Qh8acTfbNTK2YXingPFVA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375199_francois-lenglet.jpg