2 min de lecture Primaire Les Républicains

François Fillon, le "collaborateur" de Nicolas Sarkozy, a pris sa revanche

François Fillon et Alain Juppé ont distancé l'ancien chef de l'État dimanche 20 novembre. Le second tour de la primaire de la droite et du centre opposera donc deux anciens premiers ministres.

Édition Spéciale - Primaire de la Droite et du Centre Marc-Olivier Fogiel
>
François Fillon, le "collaborateur" de Nicolas Sarkozy, a pris sa revanche Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : Julien Fautrat | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Julien Fautrat et Claire Gaveau

Personne n'avait imaginé un tel résultat à la sortie des urnes. François Fillon et Alain Juppé sont qualifiés pour le second tour de la primaire de la droite et du centre au terme d'une soirée électorale riche en surprises. François Fillon est arrivé nettement en tête avec 44,2% des voix, soit plus de 15 points devant Alain Juppé. Le constat est bien plus amer pour Nicolas Sarkozy qui termine donc en troisième position avec 20,6% des voix.

Il faut dire que l'ancien premier ministre a presque tout raflé. François Fillon, qui avait voté dans le VIIe arrondissement de Paris en début de matinée, est arrivé en tête dans 87 départements. Seuls la Seine-Saint-Denis et six départements du Sud-Ouest ont résisté à l'ouragan Fillon en France métropolitaine. Même dans les fiefs sarkozystes, où personne ne l'attendait, le député de Paris a terminé en pôle position.

La hache de guerre est enterrée

Une belle revanche pour celui que Nicolas Sarkozy appelait son "collaborateur" tout au long du mandat présidentiel. En août 2007, cette appellation sonne comme un véritable coup de poignard et François Fillon se venge : "Je suis à la tête d'un État en faillite". Une sortie que l'hyper-président n'a pas appréciée. Devant des visiteurs, le chef de l'État se lâche et traite François Fillon de "lâche", de "pleutre". 

À lire aussi
Frédéric Lefebvre, en septembre 2016 Les Républicains
"Un soupçon de tricherie" plane sur la primaire LR, pour Frédéric Lefebvre

Autre vengeance orchestrée par l'ancien premier ministre : la demande auprès du secrétaire général de l'Élysée d'accélérer les procédures judiciaires contre son rival avant d'en remettre une couche en début de campagne pour la primaire de la droite et du centre. "Qui imagine un seul instant le général De Gaulle mis en examen ?", lançait-il.

Quels que soient mes désaccords passés, François Fillon me paraît avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France

Nicolas Sarkozy
Partager la citation

Pendant de longs mois, les deux hommes ne se sont pas épargnés. Mais la hache de guerre semble dorénavant enterrée après cette soirée électorale. Nicolas Sarkozy a ainsi rallié la cause de François Fillon : "Quels que soient mes désaccords passés avec lui, François Fillon me paraît avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France. Je voterai donc pour lui au second tour de la primaire". Le "collaborateur" tient définitivement sa revanche

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains François Fillon Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785889012
François Fillon, le "collaborateur" de Nicolas Sarkozy, a pris sa revanche
François Fillon, le "collaborateur" de Nicolas Sarkozy, a pris sa revanche
François Fillon et Alain Juppé ont distancé l'ancien chef de l'État dimanche 20 novembre. Le second tour de la primaire de la droite et du centre opposera donc deux anciens premiers ministres.
https://www.rtl.fr/actu/politique/resultat-de-la-primaire-de-la-droite-le-collaborateur-francois-fillon-a-pris-sa-revanche-sur-nicolas-sarkozy-7785889012
2016-11-21 07:24:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AuWIscwlF2nWKDu043xFMA/330v220-2/online/image/2015/0921/7779789791_nicolas-sarkozy-et-francois-fillon-lors-du-congres-des-republicains-le-30-mai-2015.jpg