4 min de lecture Gouvernement

Remplacement de François Rebsamen, chômage, crise des éleveurs... Les dossiers de la rentrée du gouvernement

ÉCLAIRAGE - La rentrée de l'exécutif, marquée par le Conseil des ministres de ce 19 août, s'annonce pour le moins chargée.

François Hollande et Manuel Valls, le 16 juin 2015.
François Hollande et Manuel Valls, le 16 juin 2015. Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Le gouvernement fait sa rentrée. Dans les attachés-cases des ministres, les dossiers chauds datant de plusieurs mois et les problématiques ardentes qui sont apparues au cours de l'été. Du remplacement de François Rebsamen à la lutte acharnée contre un chômage croissant, l'équipe ministérielle a du pain sur la planche.

Le remplacement de François Rebsamen

François Rebsamen sera présent lors du premier conseil des ministres qui marquera cette rentrée politique. Le ministre du Travail reste en effet encore en fonction une quinzaine de jours. Mais c'est bien ce mercredi 19 août qu'il remettra officiellement sa démission, après avoir repris ses fonctions de maire de Dijon la semaine dernière. Comme l'explique Libération, le temps presse pour François Hollande.

S'il tarde à trouver un remplaçant pour le poste dont la fonction est de contrer la hausse du chômage, principale préoccupation sociale, il recevra les quolibets de l'opposition. La nomination rapide d'un nouveau ministre du Travail ferait également taire la rumeur d'un possible remaniement qui, s'il avait vraiment lieu, compliquerait là encore la tâche de l'exécutif.

La crise des éleveurs

La crise des éleveurs amorcée fin juillet se transforme en crise politique et le cabinet du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, s'enlise. Le gouvernement va devoir gérer au plus vite ce conflit entre les éleveurs et les industriels qui achètent leur viande. Pour l'heure, les solutions trouvées ne font jamais l'objet d'un consensus. Tandis que les industriels proposent un retour au marché libre, les éleveurs campent sur un prix fixe de 1,40€ le kilo de porc et demandent une harmonisation des prix à l'échelle européenne. Si aucune solution n'aboutit, c'est bien vers la Commission européenne que le gouvernement devra se tourner. Invité de RTL, Stéphane Le Foll assure qu'il rencontrera la Cooperl et Bigard, qui avaient refusé de participer à la table ronde ministérielle du lundi 17 août autour des acteurs du secteur.

L'irréductible chômage

À lire aussi
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et son homologue allemand lors de la présentation de Gaia-X le 4 juin 2020 Connecté
Qu'est-ce que Gaia-X, le projet franco-allemand de cloud souverain européen ?

Ce n'est pas une surprise, la courbe du chômage n'a toujours pas connu le sacro-saint renversement. Et les prochains chiffres seront commentés par un ministre du Travail démissionnaire. Réduire le nombre de chômeurs est l'une des principales missions du président de la République, qui a annoncé qu'il ne convoiterait pas de second mandat présidentiel s'il échouait sur ce point.

Les chiffres du chômage en trompe-l’œil du mois de juin ne trompent personne : le nombre de chômeurs de catégorie A s'élève à 3,55 millions d'individus et la stabilisation n'est que très fragile. Malgré le solde positif de créations d’emplois au deuxième trimestre, (+27.300), le gouvernement n'a d'autre choix que de reporter à 2016 l’objectif d’inverser la courbe du chômage.

Les arbitrages du budget s'annoncent houleux

Septembre approche à grands pas, et, avec lui, le dépôt au Parlement du projet de loi de finances 2016. Les décisions qui entourent le vote du budget sont autant d'occasions de soulever une nouvelle "guérilla parlementaire" au sein de l'aile gauche, comme l'avance Libération. Fin juillet, le bureau national du PS avait adopté un rapport qui préconise d'allouer aux ménages et à l'investissement public des aides prévues, dans le pacte de responsabilité, pour les entreprises. Il n'en est pas question, en revanche, dans les rangs du gouvernement, qui entend "garder le cap". Ces dissensions entre l'ensemble de la majorité et le gouvernement ne faciliteront pas la rentrée parlementaire. 

Le budget 2016 sera "le dernier grand texte applicable avant la prochaine présidentielle", d'après Les Échos. Le ministre des Finances Michel Sapin était attendu à l'Elysée mardi pour discuter des arbitrages. Manuel Valls s'entretiendra avec les ministres sur ce sujet au cours de la semaine.

Frondeurs : quand les maires s'y mettent

Ces arbitrages éveilleront le mécontentement des maires qui, après les parlementaires, décident à leur tour de donner de la voix. Le 19 septembre, ils manifesteront à l'initiative de l'Association des Maires de France (AMF) contre la baisse des dotations de l'État. Cette baisse est directement liée au projet de loi de finances à rendre fin septembre. Comme pour 2015, la loi de finances prévoira normalement une réduction budgétaire de 3,6 milliards d'euros. Les établissements publics feront partie des premiers touchés par cette coupe.

Une croissance tant espérée

Elle est plus que jamais taboue depuis que l'Insee l'a annoncée nulle pour le deuxième trimestre. En première ligne, Michel Sapin n'en démord pas : la croissance doit atteindre 1% d'ici à la fin de l'année. En attendant, ce dernier et l'ensemble de ses collègues vont devoir travailler d'arrache-pied pour s'en rapprocher au maximum. Un taux de croissance de 1% en décembre prochain paraît toutefois quasiment hors d'atteinte.

Si la rentrée officielle du gouvernement a lieu aujourd'hui, le président de la République sonnera le retour de vacances de Manuel Valls et de son équipe lors de sa grande conférence de presse de rentrée, prévue avant la mi-septembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Rentrée Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants