1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Remaniement ministériel : "Cela ressemble à un gâteau dont on distribue les miettes", se désole François Bayrou
2 min de lecture

Remaniement ministériel : "Cela ressemble à un gâteau dont on distribue les miettes", se désole François Bayrou

REPLAY / INVITÉ RTL - Le président du Modem a parlé d'un gouvernement de IVe République après l'annonce de la composition du dernier gouvernement du quinquennat de François Hollande.

François Bayrou le 8 décembre 2014.
François Bayrou le 8 décembre 2014.
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Remaniement ministériel : "Cela ressemble à un gâteau dont on distribue les miettes", se désole François Bayrou
00:07:59
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Depuis sa ville de Pau, François Bayrou a analysé le remaniement ministériel présenté jeudi 11 février par François Hollande. L'ancien ministre de l'Éducation nationale n'a pas été tendre avec celui qu'il avait soutenu au second tour de la présidentielle de 2012. "Ce gouvernement ne ressemble pas à une équipe de combat rassemblée, extrêmement solidaire et cohérente, a débuté le président du Modem. Ça ressemble à un gâteau dont on distribue les miettes. Chaque courant, chaque sensibilité des partis qui sont censés composer la majorité reçoit sa petite rétribution. Ça donne un effet absolument désastreux."

Au micro de RTL, François Bayrou a parlé d'un gouvernement de la IVe République après l'arrivée des écologistes Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili. "Ça ressemble à ça. La IVe est morte parce que les gouvernements étaient dépendants des partis et des combinaisons parlementaires. Ce qu'on est en train de faire là, c'est exactement ça. Les membres du gouvernement sont choisis en fonction de la nuance qu'ils représentent dans le parti d'où ils viennent. C'est le contraire de ce que l'on peut espérer pour un pays qui choisirait de se mettre sur le chemin du redressement."

Référendum à Notre-Dame-des-Landes : "une sortie de crise" pour François Bayrou

Ce remaniement signe donc le retour de Jean-Marc Ayrault au gouvernement. L'ancien premier ministre de François Hollande remplace Laurent Fabius au Quai d'Orsay dès ce 12 février. Et devient numéro 2. Une décision incohérente pour le président du Modem. "Il y a trois semaines, Jean-Marc Ayrault n'avait pas de mots assez cruels pour le gouvernement de Manuel Valls. L'impression générale est catastrophique. On a l'impression d'un système totalement usé, totalement à bout de souffle. Il n'a plus d'énergie et il ne peut plus en avoir. Je trouve que c'est une manœuvre de fin de cycle."

Seule consolation pour le maire de Pau : l'annonce d'un référendum local qui décidera de l'avenir de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "François Hollande va trouver un chemin de sortie de crise. On ne sait pas dans quel périmètre on va voter. Je trouve que c'est un investissement inutile et trop cher." En revanche, le président du Modem n'accorde aucun crédit à la "flexisécurité à la française" évoquée par François Hollande. "L'expression a été utilisée par tous les gouvernements et à peu près par tous les commentateurs depuis des décennies. Est-ce sérieux ? J'ai beaucoup de doutes sur ce point." 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire