2 min de lecture Front national

Régimes spéciaux : l'accrochage entre Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen

La députée du Vaucluse a eu le droit à un nouveau recadrage après sa sortie sur les régimes spéciaux de retraite lundi 3 avril.

Marine et Marion Maréchal Le Pen le 15 octobre 2016 à Nice.
Marine et Marion Maréchal Le Pen le 15 octobre 2016 à Nice. Crédit : Eric Gaillard/AP/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Mais à quoi peut bien jouer Marion Maréchal-Le Pen ? La députée frontiste a multiplié les sorties hasardeuses à moins de trois semaines du premier tour de la présidentielle. La dernière en date s’est déroulée lundi 3 avril, lorsque la députée du Vaucluse a déclaré qu’elle voulait "évidemment remettre en cause les régimes spéciaux" de retraites.

Si la nièce de Marine Le Pen a ainsi expliqué qu’elle trouvait les régimes spéciaux "trop chers" et injustifiés sur l’antenne France Culture, la présidente du Front national n’a pas attendu pour remettre les pendules à l’heure. Le lendemain, elle répliquait en affirmant que les régimes spéciaux étaient "tout à fait légitimes" sur l'antenne de Public Sénat. Si elle avait reproché à sa nièce un peu trop de "raideur", la candidate du Front national n’a pas mâché ses mots pour la recadrer après cette sortie : je pense que Marion est tout à fait consciente que nous sommes dans une campagne présidentielle et que le temps de la campagne des législatives viendra"

Les législatives déjà dans les esprits

Le moment est effectivement malvenu pour les fausses notes et les couacs au FN. Pour la première fois de l’histoire, le parti de Jean-Marie Le Pen est quasiment assuré d’être au premier tour de l’élection présidentielle, et pourrait même constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale pour la première fois depuis 1988. D’autant que, à la différence de l’époque de François Mitterrand, il ne faut plus que 15 députés pour former un groupe au Palais bourbon (contre 30 auparavant).

Alors que Marine Le Pen avait annoncé dans Femme actuelle qu’elle ne confierait pas de ministère à sa nièce, ni à son compagnon Louis Aliot, "compte tenu de la sensibilité actuelle de l'opinion face aux liens entre politique et sphère familiale", les sorties de la députée du Vaucluse ne sont peut-être pas dues à la maladresse. Car si la ligne sociale-souverainiste de Florian Philippot a permis au parti d’élargir sensiblement sa base électorale, Marion Maréchal-Le Pen représente également de nombreuses parts de marché dans l'électorat frontiste, en incarnant de plus en plus le courant identitaire et libérale.

À lire aussi
Martine Vassal, candidate des Républicains, en lice pour le second tour des municipales à Marseille. élections municipales à Marseille
Les infos de 6h30 - Municipales à Marseille : Royer-Perreaut (LR) refuse une alliance avec le RN

Marine Le Pen a d’ailleurs reconnu l’existence de divergences au sein de son parti, en avouant qu’il existait "clairement des différences" avec certaines positions de sa nièce. Mais la présidente du Front national n’a pas manqué de rappeler à sa nièce qu’elle n'était pas la présidente du Front national et que ses opinions n'engageaient pas le parti.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen Marion Maréchal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants