3 min de lecture François Hollande

Réfugiés, Syrie, impôts... Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande

ÉCLAIRAGE - Lors de la conférence de presse semestrielle, le président de la République s'est exprimé sur la crise des migrants, une future intervention en Syrie et la baisse d'impôts en 2016.

François Hollande lors de sa conférence de presse, le 7 septembre 2015
François Hollande lors de sa conférence de presse, le 7 septembre 2015 Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Selon le rituel désormais bien rôdé de ce rendez-vous semestriel, François Hollande s'est livré pendant deux heures à l'exercice de la conférence de presse. Après un discours introductif de 10 minutes, le président de la République a répondu aux questions des quelque 200 journalistes, issus de 63 médias français et étrangers, présents à l'Élysée. 

24.000 migrants en France

La Commission européenne va proposer à l'Allemagne et à la France d'accueillir respectivement 31.443 et 24.031 réfugiés pour soulager les trois pays européens en première ligne (Italie, Grèce et Hongrie) face à l'accélération de la crise migratoire.

Un chiffre confirmé par François Hollande lors de sa sixième conférence de presse. La Commission européenne va proposer de répartir "120.000 réfugiés sur les deux prochaines années, ce qui représentera pour la France 24.000 personnes. Nous le ferons", a-t-il assuré rappelant que 350.000 personnes avaient franchi la Méditerranée depuis le début de l'année. 
Mais pour François Hollande, l'importance est de faire face à cet afflux grâce à "des centres d’identification et d'enregistrement". "Il faut distinguer ceux qui relèvent du droit d'asile et ceux qui doivent être raccompagnés. La condition pour agir, c'est la mise en place de contrôles au frontières avec centres d'identification et d'enregistrement (...) Si nous n'avons pas une politique d'ensemble, le système explosera et cela marquerait la fin de l'espace Schengen", a-t-il déclaré réclament une forme de solidarité vis-à-vis de l'Europe. 

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 octobre 2018 François Hollande
François Hollande, la cible d'une cellule terroriste ?

Une opération en Syrie "dès demain"

Cette annonce était attendue. le chef de l'État a confirmé une opération militaire en Syrie. "J'ai demandé au ministre de la Défense que dès demain des vols de reconnaissance soient organisés au-dessus de la Syrie pour envisager des frappes contre Daesh", a déclaré François Hollande. 

L'objectif de ces vols de reconnaissance ? "Permettre des frappes contre Daesh en préservant notre autonomie de décision et d'action". Le président de la République assure que "rien ne doit être fait qui puisse consolider ou maintenir Bachar al-Assad. Le départ de Bachar al-Assad est à un moment ou un autre posé dans la transition, et c'est ce que nous devons faire pour qu'il puisse y avoir le rassemblement des Syriens sur une base démocratique, pour trouver un avenir à ce pays martyr". 

2 milliards de baisse d'impôts

La promesse d'une baisse d'impôts en 2016 a une nouvelle fois été confirmée par François Hollande ce lundi 7 septembre. Une baisse de l'impôt sur le revenu à hauteur de 2 milliards d'euros qui concernera 8 millions de foyers. "Ce sera financé par des économies, car il n'est pas question d'augmenter des taxes pour faire baisser des impôts", a lancé le chef de l'État.

L'année dernière, la baisse de l'impôt sur le revenu, amorcée en 2014, avait concerné 9,45 millions de foyers pour 3,2 milliards d'euros avaient été redistribués. "La politique de baisse des impôts qui a été initiée en 2014, amplifiée cette année, sera poursuivie en 2016", a déclaré le chef de l'État lors de sa conférence de presse. 

Pas de remise en cause des 35 heures

La question du droit du travail devait être un des thèmes forts. Elle sera restée relativement floue au terme de cette conférence de presse même si une loi visant à réformer le droit du travail sera présentée au Parlement après le rapport de Jean-Denis Combrexelle, ancien directeur du travail. 

Une chose est sûre, "la durée légale du temps de travail ne changera pas", a réaffirmé François Hollande au sujet des 35 heuresManuel Valls avait déjà recadré le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qui avait fait une sortie remarquée à la veille de l'université d'été du Parti socialiste. "Ensuite qu'il y ait des négociations sur l'application de cette durée légale, c'est déjà possible, beaucoup d'entreprises d'ailleurs s'y sont engagées (...) mais cela se fait dans le cadre des lois qui valent pour tous et des garanties fondamentales", a-t-il déclaré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Parti socialiste Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779637156
Réfugiés, Syrie, impôts... Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande
Réfugiés, Syrie, impôts... Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande
ÉCLAIRAGE - Lors de la conférence de presse semestrielle, le président de la République s'est exprimé sur la crise des migrants, une future intervention en Syrie et la baisse d'impôts en 2016.
https://www.rtl.fr/actu/politique/refugies-syrie-impots-ce-qu-il-faut-retenir-de-la-conference-de-presse-de-francois-hollande-7779637156
2015-09-07 13:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ExHDh-PNqwbOME9RhgoCIw/330v220-2/online/image/2015/0907/7779636928_francois-hollande-lors-de-sa-conference-de-presse-le-7-septembre-2015.jpg