1 min de lecture Réfugiés

Réfugiés : "On ne trie pas en fonction de la religion", clame Manuel Valls

Le Premier ministre a défendu le caractère "universel" du droit d'asile, en réponse aux souhaits de certains élus de n’accueillir que des chrétiens d'Orient.

Manuel Valls lors de son discours à La Rochelle le 30 août 2015.
Manuel Valls lors de son discours à La Rochelle le 30 août 2015. Crédit : JEAN PIERRE MULLER / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

"On ne trie pas en fonction de la religion. Le droit d'asile, c'est un droit universel". C'est ce qu'a défendu Manuel Valls, mardi 8 septembre, en réponse aux souhaits de certains élus de n'accueillir que des chrétiens d'Orient. Le Premier ministre, qui s'exprimait à la synagogue Nazareth à Paris, à quelques jours du nouvel an juif, rappelle que les réfugiés seront reçus "avec des règles" et "une organisation sérieuse".

Cette déclaration intervient alors que des réfugiés quittent l'Allemagne à bord de cars pour rejoindre la région parisienne. Une opération mise en oeuvre dans le cadre de l'annonce faite lundi 7 septembre par François Hollande. Le chef de l'État a déclaré que la France était prête à accueillir 24.000 réfugiés dans les deux années à venir.

Cazeneuve condamne aussi

Mais en réaction à cette annonce, le maire de Roanne, Yves Nicolin (Les Républicains), a expliqué que sa ville pourrait "accueillir peut-être une dizaine de familles, mais à la condition qu'il soit bien question de réfugiés chrétiens qui sont persécutés, parce que chrétiens en Syrie, par Daesh". Une demande justifiée selon lui car il voudrait "l'absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés". À Belfort, Damien Meslot (Les Républicains), a affirmé qu'il réfléchissait à accueillir des "familles de chrétiens syriens et de chrétiens d'Irak", parce qu'ils sont "les plus persécutés". 

En plus d'être déplorées par Manuel Valls, ces prises de position, très minoritaires, ont été condamnées par le ministre de l'Intérieur. "Cette distinction, je ne la comprends pas, je la condamne et elle me paraît funeste. Les chrétiens d'Orient doivent être accueillis, mais il y a aussi des musulmans qui sont persécutés et il y a d'autres minorités qui le sont avec le même degré de barbarie", a réagi Bernard Cazeneuve sur France 2.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Manuel Valls Religions
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants