3 min de lecture Réforme territoriale

Réforme territoriale : la carte à 13 régions adoptée par l'Assemblée nationale

L'Assemblée nationale a adopté la carte à 13 régions incluse dans le projet de loi de réforme territoriale.

Le fronton de l'Assemblée nationale.
Le fronton de l'Assemblée nationale. Crédit : JOEL SAGET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La France ne comptera bientôt plus 22 régions, mais seulement 13, après les fusions programmées notamment du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, mais aussi des Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine. L'Assemblée nationale a adopté vendredi 18 juillet, après une nuit de débats, la nouvelle carte des régions proposée par les socialistes.

Cette carte, qui découle d'amendements identiques du rapporteur (PS) Carlos Da Silva et du groupe socialiste au projet de loi de réforme territoriale, prévoit également que la Champagne-Ardenne soit rattachée à l'Alsace et la Lorraine.

La nouvelle carte adoptée avec des voix de droite

Cet article 1er sur la carte réduit ainsi le nombre de régions en métropole de 22 à 13 (Corse comprise), et non 14 comme le prévoyait le projet initial du gouvernement. Il a été adopté par 52 voix, dont certaines à droite, contre 23.

Les autres fusions programmées sont: Auvergne et Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, Haute-Normandie et Basse-Normandie. Six régions demeurent inchangées: Bretagne, Corse, Ile-de-France, Centre, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Il n'existe pas de carte idéale

Bernard Cazeneuve
Partager la citation

Pour le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, "il n'existe pas de carte idéale" mais "nous avons eu l'audace de faire (une carte) tout en étant ouverts à ce qu'on la modifie".

D'après M. Da Silva, proche du Premier ministre Manuel Valls, "cette carte est un point d'équilibre" et elle sera "peut-être amenée à évoluer", du fait notamment du droit d'option qui devrait être ouvert pour les départements afin de changer de région de rattachement à partir de 2016.

Des débats agités, entrecoupés de suspensions de séance

L'Assemblée reprendra dans l'après-midi ses travaux sur ce projet de loi, dont l'examen doit s'achever dans la soirée, avant son vote solennel global en première lecture mercredi prochain. Les parlementaires doivent encore discuter de l'autre mesure phare du texte, le report des élections régionales et départementales de mars à décembre 2015.

À lire aussi
Le conseil régional de Nouvelle Aquitaine à Bordeaux. réforme territoriale
Fusion des régions : pourquoi la mesure n'a "quasiment" pas permis d'économies

Ils n'étaient entrés dans le vif des débats sur les articles que jeudi soir, après une douzaine d'heures de propos liminaires depuis mercredi, où chacun avait souvent évoqué sa propre région. Mais l'examen de l'article 1er avait été longuement entrecoupé de rappels au règlement et suspensions de séance à la demande de différents groupes politiques, en raison de divergences sur la manière de débattre et voter la carte.

L'opposition crie au "déni de démocratie"

L'opposition avait demandé qu'il y ait bien des votes sur tous les amendements, criant au "déni de démocratie" sans cela (Laurent Wauquiez, UMP) ou aux "droits élémentaires du Parlement bafoués" (Philippe Vigier, UDI). Le centriste Maurice Leroy s'était demandé si le gouvernement ne cherchait pas à "régler les problèmes du groupe socialiste", où certains souhaiteraient modifier la carte proposée.

A l'issue de plusieurs heures de présentation des amendements, les élus sont finalement passés à leurs votes peu avant 6H00, rejetant notamment l'un porté par 17 députés PS ou apparentés, dont 8 du département du Nord, qui visait à empêcher le rapprochement du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, qualifié d'"aberration économique et sociale", dans la lignée de l'appel lancé mardi avec la maire de Lille Martine Aubry et des hauts responsables socialistes du Nord.

La Loire-Atlantique ne sera pas rattachée à la Bretagne

La position de ces nordistes a fait bondir la coprésidente du groupe écolo, Barbara Pompili, élue de la Somme, y voyant une "insulte" et "un manque total d'esprit de solidarité entre les territoires". François Lamy, ex-ministre de la Ville et proche de Martine Aubry, a au contraire rejeté l'idée d'un mariage qui ne serait pas "réussi".

Ont été repoussées également des propositions du breton Marc Le Fur (UMP) et de l'élu écologiste de la Loire-Atlantique François de Rugy, prévoyant que ce dernier département se fonde dans la région Bretagne.

L'Élysée à du mal à trancher

Jean-Patrick Gille, député PS
Partager la citation

"On voit bien que l'Elysée a eu du mal à trancher, le gouvernement a du mal à trancher, c'est le rôle du Parlement de le faire" sur cette question d'une "unification" de la Bretagne, avait aussi lancé Jean-Patrick Gille (PS), élu d'Indre-et-Loire, partisan en parallèle de la création d'une région Val de Loire avec le Centre, option qui n'a pas été retenue non plus.

Un amendement de députés alsaciens UMP et UDI, réclamant le maintien de la région Alsace telle quelle, n'a pas eu davantage de succès. Parmi les autres amendements retoqués, pour la plupart révisant le puzzle régional, figure celui de Jean-Christophe Fromantin (UDI) qui souhaitait construire les régions autour des métropoles.

Peu avant le terme de "la nuit la plus longue de la réforme territoriale", selon le mot de Denis Baupin (EELV), certains élus tweetaient "Libérez les députés", en comptant plus de vingt heures de travail depuis jeudi matin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme territoriale Assemblée nationale Régions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants