2 min de lecture Élections départementales

Rassemblement de la gauche : le chemin de croix de Manuel Valls, selon la presse

Les éditorialistes jugent "impossible" la mission de Manuel Valls, chargé de rassembler la gauche après la défaite aux départementales.

Manuel Valls, le 19 mars 2015
Manuel Valls, le 19 mars 2015 Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Manuel Valls, qui entame sa deuxième année à Matignon, n'aura guère le temps de célébrer cet anniversaire, occupé ce mardi à rassembler la gauche, après la défaite aux départementales : un "chemin de croix" pour une "mission difficile" voir "impossible", pour la presse. "Manuel Valls ne fera pas aujourd'hui le voyage d'Allemagne. Il a dû admettre que la situation était suffisamment grave pour qu'il tente de serrer les boulons lors de la réunion des députés socialistes", note Patrick Apel-Muller, dans L'Humanité.

Il "préfère cajoler les députés PS ce matin", persifle Henri Vernet, du Parisien/Aujourd'hui en FranceManuel Valls ne participera pas au Conseil des ministres franco-allemand mardi 31 mars à Berlin et a reporté son déplacement à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, afin de s'adresser aux députés socialistes à Paris, a indiqué lundi 30 mars son entourage. Un fait relevé par pratiquement tous les éditorialistes. "C'est dire l'urgence de la situation", souligne Raymond Couraud, pour L'Alsace avant d'ajouter : "Manuel Valls aura bien du mal à persuader les sceptiques du bien-fondé de ses réformes", car "le chef du gouvernement apparaît bien isolé" et "dans pareilles conditions, il lui sera extrêmement difficile d'imposer une politique", assure-t-il.

Mission impossible ?

"La mission de rassemblement dévolue à Manuel Valls paraît relever de l'impossible", selon Dominique Garraud, de la Charente Libre, à moins d'une "inflexion visible et mesurable du cap de réformes." "Avec son caractère sanguin et son positionnement à la droite du PS, Manuel Valls est le moins bien placé pour 'rassembler la gauche'," prévient Hervé Fabre dans La Voix du Nord. Pour Hervé Chabaud, de L'Union : "avec une personnalité clivante comme celle du Premier ministre, l'exercice est un chemin de croix".

Nous allons assister à la énième révolte de la gauche du PS

Paul-Henri du Limbert, dans "Le Figaro"
Partager la citation

"Nous allons assister à la énième révolte de la gauche du PS, qui demandera au mieux une 'inflexion' de la politique de Manuel Valls, au pire son départ. Celui-ci, sûr de son fait, toisera ses adversaires", assure Paul-Henri du Limbert, dans Le Figaro. Dominique Greiner, pour Les Echos, croit savoir que "Manuel Valls devrait confirmer ses choix de politique économique en annonçant de nouvelles mesures en faveur de l'emploi et de l'investissement." "Obstination coupable, diront certains. Courage politique, diront d'autres, en observant la constance d'un Premier ministre, que ses déboires électoraux n'ébranlent pas", conclut l'éditorialiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Manuel Valls Médias
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants