2 min de lecture Alain Vidalies

Racisme contre Taubira : pour Vidalies, "ce n'est pas le gouvernement qui a fait défaut"

Pour le ministre des relations avec le Parlement, le gouvernement a "fait bloc" avec Christiane Taubira, victime à plusieurs reprises de propos racistes.

La garde des Sceaux, Christiane Taubira à la sortie de l'Élysée, le 6 novembre 2013.
La garde des Sceaux, Christiane Taubira à la sortie de l'Élysée, le 6 novembre 2013. Crédit : AFP / ALAIN JOCARD
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Ce n'est pas le gouvernement qui a fait défaut sur le sujet", a assuré, ce jeudi 7 novembre au Monde, le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, au lendemain d'une interview de Christiane Taubira dans Libération. La ministre de la Justice, victime à plusieurs reprises d'insultes racistes, avait regretté auprès du quotidien que les réactions n'aient pas été à la mesure de ce qu'elle avait subi.

"Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'il n'y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française", avait-elle dit.

Des accusations "infondées"

Selon M. Vidalies, il y a eu "une mauvaise interprétation des propos de Christiane Taubira. Elle regrettait dans son interview l'absence de réactions de la part de grands intellectuels ou d'acteurs du débat public pour la défendre. Elle ne visait certainement pas le gouvernement, qui est derrière elle".

Le gouvernement a-t-il suffisamment défendu la ministre ? "Oui, tout à fait", a-t-il répondu. "J'ai pu lire dans des articles que le gouvernement ne l'avait pas soutenue. Ces accusations sont infondées. Bien au contraire, dès le mardi 29 octobre, j'ai été invité dans une émission sur Public Sénat au cours de laquelle j'ai déploré le fait que, ce qui constituait pour moi un événement extrêmement grave, ne fasse la une d'aucun média. Ce n'est pas le gouvernement qui a fait défaut sur le sujet", a-t-il insisté.

Une ligne rouge a été clairement franchie.

Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement
Partager la citation
À lire aussi
À Millas, un TER a percuté un bus scolaire le 14 décembre 2017 pyrénées-orientales
Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies

Le ministre a également rappelé que "dès le lendemain", le président François Hollande avait exprimé "toute sa solidarité à la Garde des sceaux" et que le premier ministre Jean-Marc Ayrault lui avait apporté "son soutien", lors de la séance à l'Assemblée nationale.

"Les images d'enfants brandissant des bananes et imitant le cri de la guenon sont révoltantes. C'est un acte très grave. Il y a une banalisation de ces faits qui touchent pourtant aux fondamentaux de la République. Une ligne rouge a été clairement franchie", a-t-il estimé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alain Vidalies Christiane Taubira Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants