2 min de lecture Les Républicains

"Race blanche" : Nadine Morano, acculée par la polémique, revendique le soutien de Brigitte Bardot

Selon Nadine Morano, l'égérie du cinéma serait "scandalisée" et "fière" de l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

Brigitte Bardot en 2007 (archive).
Brigitte Bardot en 2007 (archive). Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Nadine Morano n'est pas une femme seule contre tous et elle le fait savoir ; même si ses soutiens se comptent surtout en dehors des Républicains. "S'ils veulent me virer, ils prendront leurs responsabilités devant les électeurs, clamait Nadine Morano. J'ai reçu des milliers de messages de soutien. Brigitte Bardot m'a écrit qu'elle était scandalisée et fière de moi. Elle me dit 'Ne vous soumettez  pas'. Je ne baisserai pas la tête", prévenait la députée européenne. 

Nadine Morano, figure de la sarkozie, est menacée de perdre mercredi 7 octobre son investiture aux élections régionales de décembre, après ses déclarations fracassantes sur la France, "pays de race blanche". La Commission nationale d'investiture du parti, convoquée par Nicolas Sarkozy, devrait sanctionner ses propos en lui retirant sa tête de liste en Meurthe-et-Moselle, "à la demande des candidats Républicains de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine" et notamment du candidat à la présidence du Grand Est, Philippe Richert. "Une instrumentalisation !", s'est emportée Nadine Morano, pointant "une opération montée contre elle par les centristes". "Richert ne sait pas faire campagne. Il a trouvé la faille pour demander à Sarkozy de se débarrasser de moi. Mais qu'on arrête le délire ! Je n'ai commis aucun crime ! Aucune plainte n'a été déposée. Juridiquement, des associations comme SOS racisme ou le Cran savent qu'il n'y a rien de répréhensible dans ce que j'ai dit", affirme-t-elle.

La longue chute d'une étoile de la sarkozie

Elle entend bien venir mercredi à la Commission Nationale d'Identité. Ironie du sort : elle est la co-présidente de cette Commission, et promet d'apporter "une valise de mails de soutien". Valérie Debord, secrétaire nationale des Républicains, est pressentie pour la remplacer. Sarkozyste fervente, son étoile a pâli après ses multiples défaites aux municipales de 2008 ou aux législatives de 2012. Après l'élection fin 2014 de Nicolas Sarkozy à la tête de l'ex-UMP, elle avait regretté de ne pas se voir confier suffisamment de responsabilités dans l'organigramme du parti.

En attendant, ce week-end, Nadine Morano s'est recueillie devant la tombe du Général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne). "Je ne suis pas de la race des lâches, pour aucune fonction, je ne renierai le Général", a-t-elle écrit sur sa page Facebook. Le 26 septembre, invitée sur France 2 de l'émission On n'est pas couché (ONPC), elle avait repris des paroles attribuées à De Gaulle par Alain Peyreffite sur "la France, pays de race blanche". L'élue lorraine avait ajouté : "J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nadine Morano Brigitte Bardot
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants