2 min de lecture Les Républicains

"Race blanche" : Alain Juppé tacle Nadine Morano sur Twitter

REPLAY - La polémique ne cesse de gonfler après la sortie de Nadine Morano sur France 2. Cette fois, c'est Alain Juppé qui révèle son agacement.

Le conflit est ouvert entre Nadine Morano et Alain Juppé
Le conflit est ouvert entre Nadine Morano et Alain Juppé Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

L'histoire n'en finit plus et Nadine Morano est plus isolée que jamais chez Les Républicains. Manifestement, sa sortie sur la "race blanche" sur le plateau d'On n'est pas couché sur France 2 n'a pas choqué que les internautes et les téléspectateurs. La classe politique aussi s'est émue de ce choix de mot et des explications de Nadine Morano qui jamais ne semble s'excuser.

Ce mardi 29 septembre, une nouvelle joute a eu lieu sur le réseau social Twitter. "Un signe d'amitié ce matin à nos compatriotes d'Outre-Mer qui ne sont pas tous de 'race blanche' mais qui sont tous Français à part entière", a tweeté l'ancien premier ministre, Alain Juppé. Une attaque à peine voilée que n'a pas du tout appréciée Nadine Morano qui, une heure plus tard, lui rétorquait, toujours sur Twitter : "Qui a dit le contraire ? J'ai autant de considération que toi pour nos compatriotes d'Outre-mer."

La réponse de Nadine Morano au tweet d'Alain Juppé
La réponse de Nadine Morano au tweet d'Alain Juppé

La veille, Nadine Morano a aussi eu droit à une comparaison peu flatteuse d'un allié des Républicains, le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde. Sur iTélé, il a déclaré : "Madame Aubry disait qu’elle en avait ras-le-bol de monsieur Macron, j’en ai ras-le-bol des phrases de Madame Morano. Je voudrais surtout que Nadine Morano ne lise pas le gérénal de Gaulle avec une traduction de Tixier-Vignancour. Parce que le général de Gaulle a aussi dit que quand on faisait un bon musulman, on en faisait un bon Français. Et cette vision insupportable, monolithique, j’en ai marre." Et Jean-Christophe Lagarde d'achever : "Si elle veut être candidate à la primaire, j’espère que la primaire n’aura pas en son sein une porte-parole du Ku Klux Klan."

Sur son compte Facebook, Nadine Morano a tenté de s'expliquer, lundi 28 septembre. "Une tempête dans un petit verre de liqueur ! Je ne savais pas que le mot race était interdit d’usage dans la langue française. Mes propos sont totalement instrumentalisés en créant des sous-entendus qui n’ont pas lieu d’être, argumente-t-elle (...) Que les bien-pensants ne nous parlent plus de racisme, puisque selon eux les races n’existent pas, qu’ils ne nous parlent plus de discrimination positive puisque les minorités n’existent pas non plus. 

À lire aussi
Christian Jacob a été élu président des Républicains ce dimanche 13 octobre. Les Républicains
Christian Jacob a été élu à la tête des Républicains avec 62,58% des voix

La femme politique prévenait aussi ses camarades de toute critique trop véhémente : "François Fillon, ancien premier ministre de la France, demande des statistiques ethniques, je n’entends pas le même tollé... Ni quand Christiane Taubira a déclaré : 'Nous sommes les créoles, c’est-à-dire que nous sommes une race indescriptible, c’est merveilleux'. S’il s’avère que j’ai des points de désaccord avec ma famille politique sur certains sujets, je les assume mais dans le respect du débat démocratique et non du lynchage médiatique". Manifestement, son appel n'a pas vraiment été entendu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nadine Morano Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants