5 min de lecture Front national

Qui est le garde du corps des Le Pen soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif ?

Thierry Légier a été placé en garde à vue, dans le cadre de l'affaire des supposés emplois fictifs au Parlement européen.

Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen, le 18 février 2012
Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen, le 18 février 2012 Crédit : JOËL SAGET / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

C'est l'autre affaire de cette campagne présidentielle. Depuis l'ouverture en décembre 2015 d'une information judiciaire pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, le Front national est dans le viseur du pôle financier du parquet de Paris. Le parti est accusé d'avoir employé fictivement plusieurs de ses membres comme assistants parlementaires au Parlement européen. Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen et Catherine Griset, sa cheffe de cabinet sont soupçonnés d'avoir bénéficié de ces emplois fantômes. Après avoir été entendus par la Direction centrale de la police judiciaire, ils ont été placés en garde à vue ce mercredi 22 février.
 
Thierry Légier, ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant, il gravite depuis 1992 aux côtés de la famille Le Pen. Ce colosse d'1,90 m et 97 kg a commencé par devenir le garde du corps de Jean-Marie Le Pen, une période qu'il a raconté dans un livre paru en 2012, intitulé "Mission Le Pen". Il y indique avoir été contacté à l'époque par un adjoint de Paul Barril, l'ancien patron de l'antiterrorisme français qui a ensuite monté une société de sécurité privée. On lui propose alors de remplacer "Freddy, le bourreau de Béthune", une ancienne star du catch devenue garde du corps du président du Front national

Ancien militant du mouvement monarchiste Action française

La décision n'est pas facile à prendre pour cet ancien parachutiste du 3e RPIMA de Carcassonne, qui a servi en Nouvelle-Calédonie, en Centrafrique, au Tchad. "Au niveau professionnel, c'était marqué", confie Thierry Légier. Celui qui a milité au mouvement monarchiste Action française à l'âge de 15 ans accepte finalement le poste. Dans son livre, Thierry Légier détaille les 18 ans passés auprès de Jean-Marie Le Pen, évoquant par exemple les meetings chahutés par "les gauchistes". 
 
Le "gorille" de l'ancien président du Front national évoque dans une interview au Point avoir souvent "travaillé sur le fil du rasoir". L'une de ses "missions de rencontres secrètes avec des personnes jugées infréquentables" l'a particulièrement marqué. "En mai 1996, nous sommes partis d'Amman, en Jordanie, pour rejoindre Bagdad, par la route en raison de l'embargo. Pendant quinze heures, on a traversé le désert, en taxi, sans aucun moyen de communication. C'était difficile, mais nous y sommes arrivés. Jean-Marie Le Pen a pu rencontrer Saddam Hussein au palais présidentiel", raconte-t-il avec fierté. 

Marine Le Pen "plus malléable" que son père

L'année 2010 marque un tournant dans sa carrière. Il s'engage en politique et se fait élire conseiller régional sous l'étiquette Front national en Seine-Maritime, sur proposition de son désormais ex-employeur. Car c'est depuis cette année-là que Thierry Légier protège Marine Le Pen. Celui qui se définit comme "un homme de confiance" assure être prêt à mourir pour elle, révèle 20minutes. En passant du père à la fille, le garde du corps en a profité pour troquer son 357 Magnum pour un Glock 26, parce que l'arme contient "plus de munitions". Il confie d'ailleurs entraîner la présidente du FN au tir quand elle en a le temps. Marine Le Pen est-elle plus facile à protéger que son père ? "Elle est plus malléable", révèle Thierry Légier. 

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen en 2018 élections européennes
Élections européennes : Jean-Marie Le Pen veut être candidat

Si cet homme de l'ombre prend toute la lumière depuis quelques jours, c'est parce qu'il est soupçonné d'avoir occupé fictivement un poste d'attaché parlementaire au Parlement européen. Il aurait bénéficié d'un de ces contrats d'attaché parlementaire entre octobre et décembre 2011 (7.237 euros net mensuel pour un trois quart temps). Selon un rapport de l'Office européen de la lutte anti-fraude (Olaf), publié par Marianne et Mediapart, "Mme Le Pen a produit au Parlement européen un contrat de travail apparemment faux pour l’emploi fictif de M. Légier, en qualité d’assistant local, pour la période d’octobre à décembre 2011". 
 
Toujours dans cette même synthèse, Marine Le Pen aurait reconnu avoir salarié fictivement son garde du corps comme assistant parlementaire, ce qu'elle a immédiatement démenti. La candidate à l'élection présidentielle a même porté plainte contre l'Olaf en Belgique. Pour faire la lumière sur toute cette affaire, les enquêteurs français ont donc convoqué Thierry Légier et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen Catherine Griset, avant de les placer en garde à vue. Ils devront maintenant apporter les preuves de la réalité de leur emploi européen. Marine Le Pen, en déplacement à Meaux a réagi et dénonce une "cabale politique"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Justice Jean-Marie Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787366602
Qui est le garde du corps des Le Pen soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif ?
Qui est le garde du corps des Le Pen soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif ?
Thierry Légier a été placé en garde à vue, dans le cadre de l'affaire des supposés emplois fictifs au Parlement européen.
https://www.rtl.fr/actu/politique/qui-est-le-garde-du-corps-des-le-pen-soupconne-d-avoir-beneficie-d-un-emploi-fictif-7787366602
2017-02-22 14:56:16
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BcVVhqZzDRkNpRGWYarjgg/330v220-2/online/image/2017/0222/7787366640_thierry-legier.jpg