2 min de lecture Front national

Quand la sénatrice FN Claudine Kauffmann comparait les migrants aux Nazis

La première sénatrice frontiste, qui a succédé à David Rachline dans le Var, a retiré sa publication sur Facebook, en se félicitant dans le même temps de la polémique.

Un meeting du Front national à Marseille le 15 septembre 2013 (illustration).
Un meeting du Front national à Marseille le 15 septembre 2013 (illustration). Crédit : AFP / BERTRAND LANGLOIS
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et AFP

Successeur de David Rachline sur les bancs du Sénat, Claudine Kauffmann, première sénatrice de l'histoire du Front national, se livrait il y a quelques semaines encore à des analyses très personnelles sur son compte Facebook.

Repéré par nos confrères de BuzzFeed, l'un des partages de celle qui occupait alors la fonction de conseillère municipale de La Celle (Var) visait à comparer les migrants aux armées de l'Allemagne nazie à travers deux images placées côte à côte. La première montre en effet un groupe de migrants attendant sur un trottoir parisien. La deuxième est la couverture d'un livre de Julian Jackson, intitulé La France sous l'Occupation, sur laquelle Adolf Hitler parade avec ses généraux sur le parvis du Trocadéro. Le tout est surplombé d'un message de l'élue : "Ceci me fait penser à... cela !!!".

Suscitant des réactions, la nouvelle sénatrice a précisé sa pensée. "Si la photo de gauche (celle des migrants, ndlr) ne s'appelle pas l'occupation, dîtes-moi comment ça s'appelle !!!". Plus loin, elle ajoute encore : "Quand nous étions en guerre, nous nous battions pour nous en sortir et rendre la France libre ; mais aujourd'hui personne ne lutte contre cette invasion. Donc à mes yeux, c'est pire !"

L'essentiel, c'est qu'on parle de moi

Claudine Kauffmann
Partager la citation

Mercredi 4 octobre, Claudine Kauffmann a finalement décidé de retirer son tweet, en citant une phrase régulièrement prononcée par le célèbre journaliste Léon Zitrone à sa grande époque. "L'essentiel, c'est qu'on parle de moi." Cette citation, attribuée au journaliste mort en 1995, a été souvent reprise à son compte par Jean-Marie Le Pen, cofondateur du FN en 1972. Son message du jour est "à l'attention de tous les tontons flingueurs!", a-t-elle ajouté en commentaire.

À lire aussi
Marine Le Pen au Parlement européen, le 13 juin 2019 à Bruxelles Rassemblement national
Le procès du FN montre "l'arrière-boutique du parti", selon Olivier Bost

Dans le même article, BuzzFeed a précisé que ce n'était pas la première fois que Claudine Kauffmann se prêtait à des comparaisons douteuses. Elle adhérerait notamment à la théorie du "grand remplacement", qui reviendrait à dire que les élites européennes fomenteraient le remplacement des populations blanches d'Europe par des populations immigrées venues du Maghreb et de l'Afrique subsaharienne. Une théorie que Marine Le Pen avait officiellement condamnée en 2014.

"Elle est suspendue dans l'attente d'explications et de clarifications sur ses propos", a annoncé à l'AFP David Rachline, directeur de la communication du parti d'extrême droite. "C'est une mesure conservatoire pour avoir une discussion avec elle", a précisé M. Rachline, candidat sur la même liste que Mme Kauffmann aux dernières élections sénatoriales.  

Poursuivie pour incitation à la haine, Claudine Kauffmann avait été relaxée en décembre 2015 par le tribunal correctionnel de Lyon après avoir comparé, fin 2010, les prières de rue de musulmans à l'Occupation nazie. Dans d'autres publications de 2016, figurant toujours sur sa page Facebook mercredi 4 octobre, elle qualifiait les migrants de "vermine" ou d'"envahisseurs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Migrants Nazisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants