2 min de lecture Présidentielle 2017

Quand Florian Philippot dément avoir relayé des "fake news" concernant "En marche !"

Le vice-président du Front national avait pourtant partagé un faux SMS sur l'équipe d'Emmanuel Macron sur son compte Twitter.

Florian Philippot, vice-président du Front national
Florian Philippot, vice-président du Front national Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Il l'assure, il n'a pas propagé de fausses informations concernant le rival de sa candidate à quelques jours du second tour de l'élection présidentielle. "Non je n'ai pas relayé de fake news", a déclaré Florian Philippot, vice-président du Front national au micro d'Europe 1 ce lundi 8 mai. 

Le bras droit de Marine Le Pen était interrogé à propos d'un SMS publié sur son compte Twitter, attribué à un militant rémois du mouvement "En marche !", qui appelait à "siffler, huer et même bousculer" celle qui était encore candidate, lors d'un déplacement dans la sous-préfecture de la Marne. "La Le Pen vient à la cathédrale dans quelques minutes ! Venez ! Faut la tuer !", pouvait-on lire ensuite sur le texto. Mais rapidement, le message s'est avéré être un faux. Certains internautes ayant repéré que l'heure d'envoi du SMS ne correspondait pas aux standard Apple et démontrait que le iMessage était fabriqué. 

Néanmoins, Florian Philippot a persisté. "Si vous faites allusion à la manifestation de Reims, le problème n'est pas d'avoir relayé un texto dont chacun pensait qu'il était vrai...". "Un faux texto" le coupe le journaliste. "Tout le monde pensait qu'il était vrai au départ", poursuit le député européen, qui n'a toujours pas supprimé son tweet."Le problème c'est cette manifestation en elle-même, extrêmement violente, qui n'a pas été condamnée". 

À lire aussi
Marine Le Pen et Emmanuel Macron le 21 novembre 2017 à l'Élysée société
"Le deuxième tour de 2017, ce n'est pas un accident", assure Jérôme Fourquet

Florian Philippot était ensuite interrogé à propos des "Macron Leaks", apparus sur internet vendredi 5 mai au soir, soit quelques heures à peine avant la fin de la campagne officielle et le début de la période de réserve. Ces documents, obtenus "grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs  responsables du mouvement", comme le confirmait l'équipe de campagne d'"En marche !", ont été mélangés à des faux, "afin de semer le doute et la désinformation", avait-elle ajouté. 

Ce qui n'avait pas empêché le vice-président du Front national de poster un message accusateur accompagné du hashtag "Macron Leaks" : "Les Macronleaks apprendront-ils des choses que le journalisme d'investigation a délibérément tues ? Effrayant ce naufrage démocratique". Ce lundi sur Europe 1, Florian Philippot a botté en touche : "Ah mais ça, je n'en sais rien. Les Macron Leaks, je pense que c'est quelque chose... Si monsieur Macron s'estime diffamé ou je ne sais quoi, il saisit la justice et c'est tout à fait son droit mais on ne peut pas balayer d'un coup tout cela", a conclu le cadre frontiste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Florian Philippot Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788453199
Quand Florian Philippot dément avoir relayé des "fake news" concernant "En marche !"
Quand Florian Philippot dément avoir relayé des "fake news" concernant "En marche !"
Le vice-président du Front national avait pourtant partagé un faux SMS sur l'équipe d'Emmanuel Macron sur son compte Twitter.
https://www.rtl.fr/actu/politique/quand-florian-philippot-dement-avoir-relaye-des-fake-news-concernant-en-marche-7788453199
2017-05-08 18:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FTiegDEClSiO4ImulKcm1A/330v220-2/online/image/2016/1109/7785670267_florian-philippot-vice-president-du-front-national.jpg