1 min de lecture Politique

La fédération Bouches-du-Rhône plonge le PS dans l'embarras

A quinze jours des cantonales, l'affaire de la puissante fédération des Bouches-du-Rhône et de son baron Jean-Noël Guérini écorne l'image d'un PS attaché aux valeurs de justice et transparence défendues par Martine Aubry, et relance la guerre des clans à l'horizon des primaires. La révélation mercredi dans Lepoint.fr d'un rapport "confidentiel" d'Arnaud Montebourg dénonçant "dérives", "clientélisme", et décrivant la fédération comme un "système de pression féodal reposant sur l'intimidation et la peur" n'a pas été appréciée rue de Solférino.

Yaël Goosz Journaliste RTL

Les piliers de la direction dénoncent un rapport "déclamatoire", "pas étayé", "sans preuves" ni "faits tangibles", et rejettent la demande de M. Montebourg de placer la fédération des Bouches-du-Rhône sous tutelle et de destituer son président, le sénateur Jean-Noël Guérini.

Mais d'autres se démarquent. Le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault, a réclamé vendredi que "des personnalités indépendantes se rendent sur place et rendent compte aux instances dirigeantes du PS".

Ségolène Royal, candidate aux primaires, exige un parti "exemplaire" et "irréprochable".

Enfin, pour Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, ce rapport "pointe un certain nombre de problèmes".

A Solférino cependant, la contre-offensive est claire : tous s'étonnent du "timing", pointant la "fuite" du rapport 15 jours avant les cantonales, et n'ont pas de mots assez durs pour M. Montebourg, soupçonné de vouloir relancer sa candidature dans la campagne des primaires.

Avec plus de 7.000 adhérents, la fédération des Bouches-du-Rhône, l'une des premières de France, avait soutenu Ségolène Royal lors du Congrès de Reims en 2008, mais s'en est éloignée depuis.

Sur le fond, les dirigeants socialistes font remarquer que M. Guérini - dont le frère Alexandre est soupçonné de malversations et écroué depuis décembre - n'a pas été inquiété par la justice. Et minimisent sa double casquette de premier secrétaire fédéral et de président du conseil général, pourtant incompatible avec les statuts du parti : "il y a toujours des dérogations, ce n'est pas la première ni la dernière", tempère Christophe Borgel.

Celui qui a déclenché la polémique reste désormais muet. "Je ne souhaite pas m'exprimer", a dit vendredi M. Montebourg.

Ce candidat est invité le 16 mars à un débat à Paris intitulé... "la gauche est-elle morale ?".

Lire la suite
Politique Parti socialiste Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7665527405
La fédération Bouches-du-Rhône plonge le PS dans l'embarras
La fédération Bouches-du-Rhône plonge le PS dans l'embarras
A quinze jours des cantonales, l'affaire de la puissante fédération des Bouches-du-Rhône et de son baron Jean-Noël Guérini écorne l'image d'un PS attaché aux valeurs de justice et transparence défendues par Martine Aubry, et relance la guerre des clans à l'horizon des primaires. La révélation mercredi dans Lepoint.fr d'un rapport "confidentiel" d'Arnaud Montebourg dénonçant "dérives", "clientélisme", et décrivant la fédération comme un "système de pression féodal reposant sur l'intimidation et la peur" n'a pas été appréciée rue de Solférino.
https://www.rtl.fr/actu/politique/ps-7665527405
2011-03-05 11:18:00