1 min de lecture Info

Prostitution : Copé votera pour le texte ou s'abstiendra

Jean-François Copé ne souhaite pas voter contre le projet de loi visant à sanctionner les clients de prostituées, et dit ne pas avoir choisi entre "voter pour ou m'abstenir".

Le président de l'UMP Jean-François Copé le 19 novembre 2013 à Paris.
Le président de l'UMP Jean-François Copé le 19 novembre 2013 à Paris. Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le président de l'UMP Jean-François Copé a déclaré mardi 26 novembre qu'il regardait "avec un oeil très favorable" la proposition de loi visant à sanctionner les clients de prostituées, sans savoir encore s'il la voterait ou s'abstiendrait.

"Attention, à ce que le remède ne soit pas pire que le mal"

"Il y a aujourd'hui des millions de femmes dans le monde qui sont victimes de ce qu'il convient de qualifier d'esclavage (...) C'est d'abord ça qui doit nous mobiliser sur cette question douloureuse, qui va d'ailleurs bien au-delà de la seule pénalisation du client. C'est ce qui m'amène naturellement à regarder ce texte avec un oeil très favorable", a-t-il dit à l'émission "Mardi politique" (RFI/Libération/AFP).

"En même temps il faut aussi dire une chose : ça ne règle pas tout. Toute loi de prohibition ou de pénalité crée immédiatement d'autres formes de fraudes, de dissimulation et de clandestinité. Donc attention, à ce que le remède ne soit pas pire que le mal", a-t-il ajouté. Sur ce texte initié par les députés socialistes Maud Olivier et Catherine Coutelle et l'UMP Guy Geoffroy, les députés UMP auront "liberté de vote", a assuré Jean-François Copé.

Je ne voterai pas contre

Jean-François Copé
Partager la citation

"Je n'ai pas encore complètement fait mon choix entre voter pour ou m'abstenir mais en tous cas je ne voterai pas contre", a conclu le président de l'UMP. La proposition de loi, qui commencera à être débattue mercredi soir - ou plus probablement vendredi en fonction de l'avancée de l'ordre du jour de l'Assemblée - propose notamment de punir l'achat d'actes sexuels d'une amende de 1.500 euros, doublée en cas de récidive.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants