3 min de lecture Eric Ciotti

Affaire Leonarda : la proposition de Hollande contestée

De nombreuses réactions se sont succédé après la proposition de François Hollande à Leonarda de venir "poursuivre sa scolarité en France".

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les réactions se multiplient après la proposition de François Hollande que Leonarda revienne "seule" poursuivre ses études en France. L'association La voix des Rroms (avec deux "R") a jugé samedi 19 octobre d'une "indécence inacceptable" la proposition de François Hollande de laisser rentrer seule en France Leonarda, la collégienne expulsée au Kosovo. "Proposer à une enfant de 15 ans de quitter sa famille pour pouvoir construire sa vie dans le pays où cette enfant se sent chez elle, c'est inhumain, indécent et illégal", estime l'association dans un communiqué. La voix des Rroms cite la Convention internationale des droits de l'enfant, qui "reconnaît à chaque enfant le droit de grandir dans sa famille" et estime que "l'indécence des autorités va jusqu'à violer les règles du droit international que la France a ratifiées". L'association en appelle à la jeunesse pour "maintenir et renforcer" la mobilisation en faveur de la collégienne rom kosovare Leonarda Dibrani, "seule à pouvoir rétablir l'honneur de ce pays, malmené par l'irresponsabilité de sa classe politique".

"Si elle en fait la demande, compte tenu des circonstances, et qu'elle veut poursuivre sa scolarité en France, un accueil lui sera réservé", avait déclaré plus tôt dans la journée le président Hollande, spécifiant que ce serait à "elle seule". Leonarda Dibrani a affirmé qu'elle ne voulait pas regagner ce pays sans sa famille. "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille. Je ne suis pas la seule à devoir aller à l'école, il y a aussi mes frères et mes soeurs", a-t-elle déclaré.

"Cruauté abjecte"

Harlem Désir, Premier secrétaire du PS, a déclaré samedi 19 octobre qu'il souhaitait que "tous les enfants de la famille puissent finir leurs études en France accompagnés de leur mère". "Je vais en discuter avec le président et le gouvernement", a-t-il ajouté, alors que François Hollande n'a proposé que le retour de la collégienne kosovare, sans sa famille.

Plus tôt le Parti de gauche avait aussi réagi. Obliger Leonarda à choisir" entre sa famille et la France est une "cruauté abjecte", a déclaré Danielle Simonnet, secrétaire nationale du Parti de gauche, qui avait demandé la démission de Manuel Valls après l'expulsion de France de la collégienne kosovare, dans un communiqué.. "La jeune collégienne est sommée par le Président de la République de choisir entre vivre en famille (5 frères et soeurs et ses parents) ou revenir seule en France poursuivre ses études".

À lire aussi
Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes élections municipales
Municipales 2020 : Éric Ciotti ne briguera pas la mairie de Nice

François Hollande a commis une "grave faute politique et morale" en demandant "à une enfant de 15 ans de choisir entre la France et sa famille", a réagi le Parti communiste dans un communiqué.

La position de François Hollande est "incompréhensible" pour Borloo

A droite, c'est l'UMP Eric Ciotti qui a dégainé le premier. François Hollande "ridiculise notre pays en renonçant à l'autorité de l'État par sa proposition d'accueillir Leonarda en dépit des décisions de justice", a réagi samedi le député UMP dans un communiqué. "Malheureusement, une nouvelle fois, François Hollande n'a pas su trancher entre toutes ces lignes politiques divergentes en matière d'immigration irrégulière", juge l'élu. "C'est un très dangereux signal adressé dans la lutte contre l'immigration irrégulière", ajoute-t-il.

La position de François Hollande est "incompréhensible tant en terme du respect de la loi que du respect de l'unité d'une famille", a réagi le président de l'UDI Jean-Louis Borloo. Cette position "apparaît comme extrêmement dangereuse pour les Français ainsi que pour ceux qui à l'extérieur observent les décisions de la France", a ajouté le centriste dans un communiqué. Cette décision "est malheureusement de nature à amplifier l'absence de confiance des citoyens à l'endroit de nos institutions et de la République", selon M. Borloo. "La complexité du droit d'asile français, avec en particulier l'engorgement des instances décisionnaires - en l'occurrence près de 4 ans de recours - créent des situations terribles. Il convient d'urgence de réformer notre dispositif", a-t-il conclu.

"S'il veut des enfants, il n'a qu'a les faire lui-même"

Sur ses cinq frères et soeurs, quatre sont nés en Italie et la petite dernière, âgée de 17 mois, en France. Son père, Resat, 47 ans, le seul membre de la famille à être né au Kosovo, s'est emporté: "Si cela (NDLR: le retour) n'est pas possible gentiment, alors il se fera de force". "Il n'y a aucune chance que j'accepte de diviser ma famille", a poursuivi cet homme qui avait dès vendredi prévenu qu'il se rendrait avec les siens en France "par tous les moyens". Encore plus offusquée, Xhemailia, 41 ans, la mère de Leonarda, a lancé à l'adresse du président français: "S'il veut des enfants, il n'a qu'a les faire lui-même".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Eric Ciotti Harlem Désir Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants