1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Projet de loi santé : "Encore un de ces textes mal fichus", tonne Alba Ventura
3 min de lecture

Projet de loi santé : "Encore un de ces textes mal fichus", tonne Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Les médecins ont manifesté dimanche 15 mars contre le projet de loi santé. C'est l'histoire d'une loi qui, à l'origine, faisait consensus et qui finit dans la rue. Ce qui arrive souvent en politique.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Projet de loi santé : "Encore un de ces textes mal fichus", tonne Alba Ventura
03:14
Projet de loi santé : "Encore un de ces textes mal fichus", tonne Alba Ventura
03:17
Alba Ventura

Les médecins étaient au moins 20.000 à défiler dimanche 15 mars dans les rues de Paris pour s'opposer au projet de loi santé de Marisol Touraine. C'est une belle démonstration de force. Pour tout dire, c'était couru d'avance.

C'est encore une de ces lois mal fichues qui vous revient en boomerang. C'est ce genre de loi qui, au départ, a les faveurs des personnes concernées et qui, à l'arrivée, crispe tout le monde. C'est ce qui est arrivé à la loi de Marisol Touraine.
Pourtant, cela fait un an et demi que cette loi est sur l'ouvrage. Le projet a débuté sous Jean-Marc Ayrault  (voyez que ça ne date pas d'hier). Un an et demi de consultations, de rapports, de concertations pas abouties, un tour de France de la ministre. Et au final, beaucoup de désillusions et de déceptions.

Tout s'est cristallisé sur le tiers payant

Tout n'est pourtant pas à jeter dans cette loi. Il y a des mesures sur le tabac, sur la pollution, sur la contraception dans les lycées,qui sont utiles. Mais il y a des sujets de fond qui auraient mérité de figurer dans une grande loi santé. Quid, par exemple, des déserts médicaux (les territoires où il n'y a pas de médecin) ? Quid de la médecine ambulatoire (qui ferait faire des économies à l'hôpital) ? Si on parle de l'hôpital, ne serait-il pas temps de regarder l'organisation des établissements hospitaliers en revoyant la mise en oeuvre des 35 heures ?

Le problème, c'est que tout s'est cristallisé sur le tiers payant. Nous ne sommes pas dupes. Nous savons bien, au fond, que les médecins, avec le tiers payant n'ont qu'une trouille : ne pas être payé. Nous savons aussi que l'État est mauvais payeur. Mais les pharmaciens qui pratiquent beaucoup le tiers payant affirment que c'est une usine à gaz et que ça leur complique la tâche.

Aux yeux des médecins, le tiers payant c'est d'abord de la bureaucratie et moins de temps consacré aux malades

Alba Ventura
À lire aussi

Bien sûr que le tiers payant généralisé, sur le papier, c'est une belle et grande idée généreuse. C'est pour ça d'ailleurs que Marisol Touraine ne veut pas lâcher : c'est une loi de gauche. Une loi de gauche qui vient après une loi de droite, la loi Macron. Histoire de rééquilibrer un peu les choses.

Le tiers payant, ça parait comme ça "magique". C'est le système qui se finance sans que le patient ne débourse quoi que ce soit. Mais aux yeux des médecins, c'est d'abord de la bureaucratie et moins de temps consacré aux malades. Pour certains, il y a même l'idée qu'on déresponsabilise, que l'on induit que la médecine est gratuite alors qu'elle a un coût.

C'est sans doute sur ce point aussi sensible que la ministre aurait dû être plus à l'écoute et s'éviter cette manif' de milliers de blouses blanches.

Les médecins, des relais d'opinion

Politiquement, cela aura un impact. C'est sûr que cela fait beaucoup de mécontents, qui vont sans doute se faire entendre dans les urnes dès dimanche prochain aux premier tour des élections départementales.

Vous avez vus les sondages ? Ils ont plutôt une bonne cote les médecins, même si les Français les trouvent conservateurs, corporatistes. Ils ont une très bonne opinion d'eux. ensuite, les médecins ce ne sont pas tous des nantis. Il suffit d'aller chez son généraliste de quartier pour s'en rendre compte, ou de voir le film Hippocrate, une vision très réaliste de l’hôpital.

Ce ne sont peut-être pas les médecins qui forment le gros des bataillons de l'électorat de gauche. Encore que le syndicat MG France, qui était dans la manifestation, est plutôt proche du PS. Chez les internes des hôpitaux, ont vote assez à gauche.

Mais au-delà de cela, les médecins sont surtout des relais d'opinion à travers leurs patients. Leur ras-le-bol participe au climat général. C'est pour cela que ce n'est peut être pas une grande idée de se les mettre à dos.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/