1 min de lecture Agriculture

Prix du porc : Manuel Valls minimise les conséquences du bras de fer

Pour le Premier ministre, le résultat de la décision de deux industriels majeurs de la transformation de viande de ne pas participer lundi au Marché du Porc Breton n'est "pas représentatif au niveau national".

Manuel Valls en visite à ainte-Croix-de-Verdon le 10 août 2015
Manuel Valls en visite à ainte-Croix-de-Verdon le 10 août 2015 Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Alors que la non-participation de la Cooperl et Bigard/Socopa, deux acteurs majeurs de la filière (environ 30 % du marché du cadran) lundi au marché du Porc Breton (MPB) à Plérin a réveillé la colère des éleveurs, Manuel Valls a tenu à atténuer la crise.
En effet, le Premier ministre en déplacement à Vauvert dans le Gard a affirmé que "le marché du cadran est emblématique mais il ne représente qu'une petite partie des transactions dans ce domaine". Manuel Valls a poursuivi expliquant que "les responsables du marché du cadran ont décidé de ne pas ouvrir la séance. C'est le résultat d'une décision des professionnels bretons, ce n'est pas à ce stade représentatif de la situation nationale". Le chef du gouvernement s'est ainsi exprimé pour apporter "une fois encore tout (s)on soutien" au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll".

Un chantage et une prise en otage des éleveurs

Paul Auffray, le président de la Fédération nationale porcine (FNP)
Partager la citation


La Cooperl et Bigard/Socopa ont expliqué leur refus de participer au marché du Porc Breton en indiquant qu'ils jugeaient trop cher le cours du porc à 1,40 euro le kilo, fixé avec le gouvernement à la mi-juin pour soutenir les éleveurs en difficulté. Les cours, fixés deux fois par semaine au marché de Plérin, servent de référence au plan national.

À lire aussi
Un bison (illustration) animaux
Haute-Savoie : 19 bisons qui divaguaient ont été abattus

Paul Auffray, le président de la Fédération nationale porcine (FNP), a dénoncé un "chantage et une prise en otage des éleveurs" par Bigard et par la Cooperl, qui "voudraient que les prix baissent de 15 centimes par kilo" par rapport à leur niveau actuel.

Les éleveurs qui attendaient le soutien du Premier ministre risquent de continuer leurs actions après les déclarations de ce dernier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Viande de porc Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779368286
Prix du porc : Manuel Valls minimise les conséquences du bras de fer
Prix du porc : Manuel Valls minimise les conséquences du bras de fer
Pour le Premier ministre, le résultat de la décision de deux industriels majeurs de la transformation de viande de ne pas participer lundi au Marché du Porc Breton n'est "pas représentatif au niveau national".
https://www.rtl.fr/actu/politique/prix-du-porc-manuel-valls-minimise-les-consequences-du-bras-de-fer-7779368286
2015-08-11 13:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0BQSExYSI-lZvGnkz2HjOg/330v220-2/online/image/2015/0811/7779368329_000-par8246550.jpg