4 min de lecture Claude Guéant

Primes en liquide : la défense de Guéant mise à mal

L'ex-ministre affirme avoir payé des factures en liquide grâce à des "primes de cabinet", non déclarées, versées en espèce. Sa défense est contestée par plusieurs observateurs.

L'ex-ministre de l'Intérieur Claude Guéant
L'ex-ministre de l'Intérieur Claude Guéant Crédit : AFP
Mathieu Dehlinger Journaliste RTL

Comment Claude Guéant a-t-il acquitté des factures en liquide entre 2002 et 2004 ? Le Canard Enchaîné révèle mardi 30 avril que des dépenses en espèces ont été découvertes lors d'une perquisition à son domicile dans le cadre de l'enquête sur un possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Selon l'ancien ministre de l'Intérieur, il s'agit de factures entre "20.000 et 25.000 euros". Claude Guéant a multiplié les explications sur l'origine de cet argent, plusieurs observateurs ont contesté sa défense. Décryptage.

Claude Guéant : des primes "non déclarées, de toute éternité"

Lorsque l'information est révélée par le Canard Enchaîné, Claude Guéant se défend rapidement auprès de l'AFP. Il explique que l'argent dépensé provient de "primes de cabinet dont j'avais bénéficié au ministère de l'Intérieur quand j'y officiais". Selon lui, il s'agit de "petites sommes". 

On peut dire que ce n'est pas normal après coup, c'est vrai.

Claude Guéant
Partager la citation
À lire aussi
Claude Guéant, le 5 décembre 2018 mondial 2022
Attribution du Mondial 2022 au Qatar : "Il n'y a pas eu de deal" affirme Guéant sur RTL

Interrogé par BFMTV, il complète en expliquant que ces primes "ne sont pas déclarées, de toute éternité" : "On peut dire que ce n'est pas normal après coup, c'est vrai".

>

Roselyne Bachelot : "Impossible à partir de 2002"

Avant de devenir secrétaire général de la présidence de la République, Claude Guéant avait notamment été le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, de 2002 à 2004 et de 2005 à 2007.

Première à contester sa défense : Roselyne Bachelot. Ministre de l'Ecologie de 2002 à 2004, elle estime sur D8 impossible "d'avoir touché des primes de cabinet à partir de 2002". "J'étais moi-même au gouvernement, les primes de cabinet avaient été supprimées par Lionel Jospin", explique-t-elle. Effectivement, en 2001, le Premier ministre socialiste de l'époque engage une réforme : les primes des collaborateurs ministériels, auparavant payées en espèces grâce aux "fonds secrets", sont censées devenir publiques et déclarées.

>

Claude Guéant : un système interrompu "plus tard"

À la mi-journée, invité de Canal+, Claude Guéant détaille ses propos. Selon lui, contrairement aux affirmations de Roselyne Bachelot, les primes auraient bien continué à être versées en espèce après 2002 Place Beauvau.

"Le système a été interrompu au ministère de l'Intérieur plus tard qu'ailleurs", affirme-t-il, avant d'ajouter : "Nous avons mis en terme, sous l'égide de Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur, à ce dispositif et transformé le système en système indemnitaire d'un autre genre, par virement".

Daniel Vaillant : plus de primes en espèces à partir de janvier 2002

Une défense contestée par Daniel Vaillant, ministre de l'Intérieur sous Lionel Jospin, prédécesseur de Nicolas Sarkozy place Beauvau. "Un terme a été mis à l'utilisation de fonds pour indemniser les collaborateurs. Je peux vous affirmer qu'entre janvier et mai 2002, les membres de cabinets n'avaient plus de primes versées en espèces", affirme-t-il à France Info.

Pas un centime ne m'a été versé en liquide.

Un ancien membre du cabinet de Dominique de Villepin
Partager la citation

Version contestée également par un ancien membre de cabinet de Dominique de Villepin, ministre de l'Intérieur de mars 2004 à mai 2005, interrogé par LeMonde.fr. "Selon toute logique, si le système de primes en liquide a perduré jusqu'en 2006, les membres de son cabinet auraient dû en bénéficier. Or ce ne fut pas le cas", affirme le site du quotidien. L'homme explique avoir bien reçu une prime, mais celle-ci a été mentionnée sur mon bulletin de paie : "Pas un centime ne m'a été versé en liquide", déclare-t-il.

Claude Guéant : un régime spécifique au ministère de l'Intérieur

Mardi après-midi sur RTL, Claude Guéant avait pourtant précisé que le ministère de l'Intérieur bénéficiait d'un régime spécifique. L'argent ne provenait pas des fonds secrets, le système était donc différent de celui abandonné en 2002 par Lionel Jospin. "Les frais du ministère de l'Intérieur étaient versés sur des frais dit 'frais de police', qui d'ailleurs bénéficiaient à plusieurs milliers de fonctionnaires du ministère de l'Intérieur. Le seul cabinet versait des primes de cet ordre à plus de 400 fonctionnaires", explique-t-il alors.

>
Claude Guéant : "Je n'ai jamais entendu parler d'un financement libyen pour une campagne" Crédit Média : Vincent Parizot et Elizabeth Matichoux | Durée : | Date :

Les "frais de police" ne sont pas prévus pour des primes

Si Daniel Vaillant réfute toute prime versée en liquide, il confirme l'existence de ces fameux "frais de police". Sur France Info, l'ancien ministre de l'Intérieur évoque de l'argent versé à la DGSE ou aux Renseignements Généraux de l'époque, ou de "petites primes (…) dans les commissariats". "Je n'imagine pas que des primes aient été reversées après notre départ ou alors que des frais de police aient servi au cabinet du ministre." 

Soit c'est un menteur, c'est un voleur.

Roselyne Bachelot
Partager la citation

Même analyse pour Roselyne Bachelot. Sur D8, l'ex-ministre devenue chroniqueuse évoque l'existence de fonds au ministère de l'Intérieur pour "rémunérer un certain nombre d'informateurs". Mais Claude Guéant "n'avait pas à mettre cet argent dans sa poche", affirme-t-elle, en concluant : "Soit c'est un menteur, c'est un voleur".

Une source gouvernementale confirme à l'AFP l'existence d'un fonds spécifique à l'Intérieur dévolu aux "frais d'enquête et de surveillance", placé sous la responsabilité du Directeur général de la police nationale (DGPN). L'argent est consacré en théorie à des actes d'enquête : rémunération d'informateurs, réservations ou invitations discrètes. Selon cette source, la justice devra éclaircir le caractère légal ou non de l'emploi de ces sommes à d'autres fins.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Claude Guéant Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7760985549
Primes en liquide : la défense de Guéant mise à mal
Primes en liquide : la défense de Guéant mise à mal
L'ex-ministre affirme avoir payé des factures en liquide grâce à des "primes de cabinet", non déclarées, versées en espèce. Sa défense est contestée par plusieurs observateurs.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primes-en-liquide-la-defense-de-gueant-mise-a-mal-7760985549
2013-05-01 17:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/l89UJJaRyTX2C3laY1a-BA/330v220-2/online/image/2013/0429/7760941408_l-ex-ministre-de-l-interieur-claude-gueant.jpg