2 min de lecture Nathalie Kosciusko-Morizet

Primaire UMP : le patron de la fédé de Paris menace un journaliste

Philippe Goujon, le patron de la fédération UMP de Paris, a vivement réagi vendredi, sur les fraudes réalisées lors la primaire UMP par un journaliste. Pour lui, il s'agit d'un délit qui ne remet nullement en cause la sécurité du scrutin.

Devant le siège de l'UMP à Paris (illustration)
Devant le siège de l'UMP à Paris (illustration) Crédit : dailymotion
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Philippe Goujon n'a que moyennement apprécié l'initiative du site internet MetronewsVendredi matin, un journaliste a prouvé par la démonstration que les fraudes étaient non seulement possibles mais également faciles lors de la primaire UMP qui se déroule du 31 mai au 3 juin. Forcément, le patron de la fédération de Paris a vu rouge. 

C'est une fraude qui est passible de 15.000 euros d'amende et d'un an de prison

Philippe Goujon
Partager la citation

Quitte à menacer ouvertement le journaliste à l'origine de la polémique. "Si ce journaliste a pu commettre cette fraude, c'est une fraude qui est passible de 15.000 euros d'amende  et d'un an de prison", a-t-il menacé. Et Philippe Goujon de comparer l'enquête de la journaliste à une attaque de gangters.

"Regardez, vous avez par exemple une banque. Les banques sont ultra-sécurisées de nos jours, on ne peut pas dire le contraire. Si des gangsters arrivent avec une tonne d'explosifs et font sauter la banque, et font sauter le coffre... Ok, d'accord. La banque était sécurisée mais n'empêche : ils ont pu prendre l'argent. Ça s'appelle un crime. Là, en l'occurrence, c'est un délit pénal, passible de peines d'amende et de prison", a conclu le patron de la fédération parisienne de l'UMP. 

Si des gangsters arrivent avec une tonne d'explosifs et font sauter la banque, et font sauter le coffre... Ok, d'accord. La banque était sécurisée mais n'empêche : ils ont pu prendre l'argent

Philippe Goujon
Partager la citation

Invité sur la radio France Bleu, il s'est voulu rassurant sur la sécurité du scrutin. "Jamais une élection n'aura été autant sécurisée", a-t-il assuré.  "Il y a un contrôle de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) qui est présente toute la journée du vote sur la plateforme du vote. Les prescriptions de la Cnil ont été observées. La Cnil nous a dit 'vous organisez le vote de telle et telle façon', nous avons suivi les recommandations de la Cnil."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nathalie Kosciusko-Morizet UMP Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants