3 min de lecture Île-de-France

Primaire UMP à Paris : "Jamais une élection n'a été autant sécurisée"

Selon le président de la fédération parisienne de l'UMP, Philippe Goujon, le parti d'opposition a mis en place "un système ultra-sécurisé" pour sa primaire en vue des municipales de 2014.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le président de la fédération UMP de Paris Philippe Goujon a assuré vendredi que l'UMP a mis en place, pour sa primaire à Paris, qui a démarré ce vendredi matin, un système "ultra-sécurisé", "contrôlé" et "validé" par la Cnil.

Les électeurs de la capitale, qu'ils soient encartés à l'UMP ou non, sont appelés à choisir sur Internet depuis vendredi matin jusqu'à lundi soir entre quatre candidats : Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne (40 ans), le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret (60 ans), le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel (35 ans), ainsi que le conseiller régional Franck Margain (51 ans), vice-président du Parti chrétien-démocrate, associé à l'UMP.

"Jamais une élection n'aura été autant sécurisée", a déclaré le député-maire du XVe, interrogé par France Bleu 107.1 sur des suspicions de fraude entourant le scrutin. "Il y a un contrôle de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) qui est présente toute la journée du vote sur la plateforme du vote. Les prescriptions de la Cnil ont été observées. La Cnil nous a dit : "Vous organisez le vote de telle et telle façon', nous avons suivi les recommandations de la Cnil."

"Il y a un huissier de justice qui contrôle le système" ainsi que de "deux experts indépendants agréés par la Cnil". Cela fait, ainsi, "trois entités qui contrôlent la totalité du système et qui l'ont validé depuis le début des opérations", a-t-il fait valoir.

L'usurpation d'identité ? Un délit passible de 15.000 euros d'amende

À lire aussi
L'intérieur d'une voiture autonome de PSA Propulsé
Voiture autonome : une entreprise recherche des testeurs pour 200 euros


"Le système est ultra sécurisé. Le problème n'est pas tant celui de l'insuffisante sécurité du vote que celui de sa sécurité excessive qui va peut-être le rendre un peu compliqué", a-t-il insisté.

Alors qu'aucune preuve de l'identité des personnes qui s'inscrivent sur le site n'est demandée, et qu'il est possible d'inscrire deux personnes avec le même numéro de carte bleue, Philippe Goujon a expliqué : "Il n'y a que deux personnes qui peuvent voter avec une carte bleue. Vous avez souvent des comptes joints, un couple, qui se servent de la même carte bleue. C'est pour ça que la Cnil a autorisé d'ailleurs que deux personnes puissent voter avec la même carte bleue", a-t-il dit.

Philippe Goujon a rappelé que l'usurpation d'identité était un délit "passible de 15.000 euros d'amende et un an de prison".

Le système d'inscription pour lequel a opté la fédération prévoit que les personnes s'inscrivant sur le site de la primaire donnent leurs nom, adresse postale, date de naissance ainsi qu'un mail et un numéro de téléphone où elles reçoivent les codes leur permettant de voter. Un numéro de téléphone et une carte bleue ne peut pas être utilisés plus de deux fois. Un croisement avec le fichier des électeurs parisiens est effectué automatiquement.

"La fraude est quasiment impossible"


Antoine Rufenacht, ancien maire UMP du Havre, est chargé du bon déroulement de la primaire de l'UMP à Paris. Ce dernier estime qu'avec le vote électronique "la fraude est quasiment impossible", dans un entretien au Parisien vendredi.

Selon lui, "toutes les précautions juridiques ont été prises" et l'accord de la CNIL qui est "très sourcilleuse", est "demandé sur toutes les opérations".

NKM s'est alarmée dans un communiqué jeudi soir que "de nombreuses personnes inscrites sur le site des primaires rencontrent un important et récurrent problème technique de compatibilité de leur ordinateur pour le vote". "L'installation exigée est l'activation d'une version récente de 'Java' qui n'est pas une opération simple", a-t-elle expliqué.

Le spectacle que donne l'UMP Paris dans sa primaire n'est pas un bon spectacle pour la démocratie.

Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris
Partager la citation


Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, a assuré, juste après l'ouverture à 08h du scrutin vendredi, que la primaire pour ces élections municipales n'offrait "pas un bon spectacle pour la démocratie".

A ses yeux, "ce scrutin est déjà entaché de suspicion par rapport à la régularité d'une élection dans laquelle il n'y a pas de bureaux de vote" et où certains "expliquent qu'ils ont réussi à inscrire à l'insu de leur plein gré plusieurs personnes de leur entourage".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Île-de-France Nathalie Kosciusko-Morizet Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants