1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire Les Républicains : Nicolas Sarkozy fustige l'attitude d'Alain Juppé
1 min de lecture

Primaire Les Républicains : Nicolas Sarkozy fustige l'attitude d'Alain Juppé

REPLAY - L'ancien chef de l'État n'a pas hésité à tacler sévèrement l'attitude d'Alain Juppé, absent lors de son discours de clôture au Conseil national.

Nicolas Sarkozy devrait officialiser sa candidature cet été.
Nicolas Sarkozy devrait officialiser sa candidature cet été.
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Primaire Les Républicains comment compte s'y prendre Nicolas Sarkozy pour battre Alain Juppé
01:26
Olivier Bost & Ludovic Galtier

Le projet des Républicains en vue de 2017 a été entériné lors du Conseil national du mouvement le 2 juillet à La Mutualité à Paris. Nicolas Sarkozy n'est toujours pas officiellement candidat à la primaire mais c'est de plus en plus un secret de polichinelle. Le président des Républicains n'a jamais autant laissé transparaître ses ambitions et tacler ses adversaires. Nicolas Sarkozy profite de son avantage de sa présidence du parti pour se présenter comme le sauveur de sa famille politique : "Nous sommes ensemble 18 mois après beaucoup plus forts que nous l'étions. Qu'est-ce qu'on veut ? On veut gagner, alors il faut accepter d'avancer ensemble, et non pas séparément chacun de son côté". 

C'est la première pique pour tous les absents, surtout pour son principal adversaire. Alain Juppé n'est d'ailleurs pas monté à la tribune. Il s'est contenté pendant le Conseil national de discuter à la terrasse du café d'en face. Ce qui a offusqué Nicolas Sarkozy. "C'est plus facile d'être sur le trottoir et de parler à quelques journalistes. C'est moins facile d'être au milieu des siens, dans la famille politique qui est la nôtre. Parce que c'est à l'intérieur, quand on a des choses à dire qu'on les dit, pas à l'extérieur."

Déjà en campagne, Nicolas Sarkozy parle au passé dans un faux lapsus de sa présidence des Républicains. "J'ai profondément aimé diriger notre mouvement. Dans cette salle, ici, je peux regarder tous ceux qui sont là, vous êtes tous mes amis." Nicolas Sarkozy considère désormais qu'il a les militants avec lui, que les sympathisants sont de plus en plus nombreux. Et il a encore trois longs mois de campagne pour battre Alain Juppé.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/