2 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire Les Républicains : Nathalie Kosciusko-Morizet annonce avoir réuni près de "deux tiers" des parrainages

L'ancienne ministre de l'Écologie continue néanmoins de critiquer les conditions de la participation à la primaire.

NKM se lance à son tour dans la bataille de la primaire de la droite
NKM se lance à son tour dans la bataille de la primaire de la droite Crédit : SIPA / ROMUALD MEIGNEUX
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

Nathalie Kosciusko-Morizet est en bonne voie pour participer à la primaire Les Républicains. L'ancienne ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy a annoncé avoir réuni environ les "deux-tiers" des parrainages nécessaires, au terme d'un véritable "travail de dentellière", a-t-elle déclaré dans les colonnes du Journal du dimanche du 7 août. Si l'actuelle députée de l'Essonne joue le jeu, elle n'en reste pas moins critique envers les conditions de participation à cette primaire de la droite

Les candidats doivent en effet amasser 2.500 parrainages d'adhérents du parti. Or les prétendants ne disposent pas du fichier des adhérents et n'ont donc pas accès aux adresses postales, e-mails ou téléphones de ces derniers. Un état de fait que NKM juge "scandaleux". De leur côté, les adhérents ne seraient pas réellement "informés" de la possibilité de parrainer un candidat. La direction du parti limiterait-elle l'accès à la primaire "plutôt que de l'ouvrir" ? Nathalie Kosciusko-Morizet en est convaincue. Autre impératif : réunir le parrainage de 250 élus, dont 20 parlementaires, dans 30 départements.

Le PS est l'adversaire mais le Front national, l'ennemi prioritaire

Nathalie Kosciusko-Morizet
Partager la citation

La présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris n'accuse pas frontalement Nicolas Sarkozy. "Nous, nous n'avons pas les listings des adhérents mais je connais des gens qui ont adhéré au parti au mois de juin et qui, 15 jours plus tard, recevaient des mails de l'association des amis de Nicolas Sarkozy les invitant à parrainer Nicolas Sarkozy, pas encore candidat", glisse-t-elle néanmoins. 

Défendant sa vision "moderne de la droite et du centre", et rappelant "être la seule au bureau politique" à dire que "le PS est l'adversaire mais le Front national, l'ennemi prioritaire", l'ancienne ministre demande en outre aux autres candidats de se rendre compte "qu'une primaire dans laquelle la moitié de l'humanité n'est pas représentée avec aucune femme candidate, cela donnerait une image désastreuse de l'opposition". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants