1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire Les Républicains : "La candidature de Nicolas Sarkozy est à la fois inédite et attendue", lance Nathalie Kosciusko-Morizet
1 min de lecture

Primaire Les Républicains : "La candidature de Nicolas Sarkozy est à la fois inédite et attendue", lance Nathalie Kosciusko-Morizet

INVITÉE RTL - La députée de l'Essonne et candidate à la primaire de la droite parle d'une "deuxième occasion de défendre son bilan" pour Nicolas Sarkozy.

Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL le 23 août 2016
Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL le 23 août 2016
Crédit : Maxime Carignano / RTL
Primaire Les Républicains : "La candidature de Nicolas Sarkozy est à la fois inédite et attendue", lance Nathalie Kosciusko-Morizet
02:43
Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL le 23 août 2016
11:57
Primaire Les Républicains : "La candidature de Nicolas Sarkozy est à la fois inédite et attendue", lance Nathalie Kosciusko-Morizet
12:05
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Sa candidature était attendue, elle est désormais officielle. Nicolas Sarkozy sera bien candidat à l'élection présidentielle de 2017. Alors qu'il tardait à se positionner comme candidat, l'ancien président de la République s'est lancé dans une nouvelle course vers l'Élysée dans son livre Tout pour la France. Une position qui ne surprend pas ses adversaires. "C'est une candidature à la fois inédite et attendue", assure Nathalie Kosciusko-Morizet. "C'est son choix, lance-t-elle. C'est une primaire ouverte et libre et mon premier combat c'est qu'elle soit vraiment ouverte". 

L'officialisation de sa candidature va-t-elle permettre à Nicolas Sarkozy de revenir au coude-à-coude d'Alain Juppé ? Dans un sondage dévoilé par Le Point, l'ancien chef de l'État est distancé par le maire de Bordeaux dans le cœur des sympathisants Les Républicains. Un résultat qui renforce les dires de Nathalie Kosciusko-Morizet : "Oui Nicolas Sarkozy peut être battu. S'il y a une élection ouverte, il peut en sortir des choses variées", explique-t-elle au micro de RTL.

La priorité pour elle demeure l'intérêt des Français alors qu'elle refuse qu'ils aient l'impression "qu'on leur redonne les plats de 2012". "L'élection sera réussie si beaucoup de Français viennent voter. Ce sera le capital de celui qui gagnera alors que si peu de Français viennent voter, il aura du mal à rassembler", selon la députée de l'Essonne qui a "bon espoir" de recueillir le nombre de parrainages nécessaires

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/