1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire Les Républicains : "L'identité nationale, l'arme anti-Juppé de Sarkozy", analyse Alba Ventura
2 min de lecture

Primaire Les Républicains : "L'identité nationale, l'arme anti-Juppé de Sarkozy", analyse Alba Ventura

ÉDITO - Le patron des Républicains impose l'identité nationale au cœur du débat pour les primaires. L'ancien chef de l'État dicte sa loi.

Nicolas Sarkozy en meeting à Saint-André-Lez-Lille, le 8 juin 2016 (illustration)
Nicolas Sarkozy en meeting à Saint-André-Lez-Lille, le 8 juin 2016 (illustration)
Crédit : SIPA
Primaire Les Républicains : "L'identité nationale, l'arme anti-Juppé de Sarkozy", analyse Alba Ventura
00:02:46
Primaire Les Républicains : "L'identité nationale, l'arme anti-Juppé de Sarkozy", analyse Alba Ventura
00:02:57
Alba Ventura & Loïc Farge

Nicolas Sarkozy est revenu à son thème fétiche, celui de l'identité nationale. L'ancien président de la République est persuadé que le sujet sera au cœur de la primaire et de la présidentielle. Il a raison de penser que la "Nation", la "République", "les valeurs républicaines" la "communauté nationale" sont des sujets de préoccupation quotidienne pour les Français. Hier Manuel Valls parlait, lui, de "patrie". Souvenez-vous qu'au moment des attentats, François Hollande a réhabilité le drapeau français.

Cela fait des années que l'on tourne autour de ces sujets : "qu'est-ce qu'être français?", "qu'est-ce que la France?". Un peuple aux racines chrétiennes ? Une société multiculturelle ? Nicolas Sarkozy a tranché : ce sera la France de "tradition chrétienne" qui ne doit pas se laisse dicter sa loi par la "tyrannie des minorités". Voilà la nouvelle formule de l'identité nationale version 2016 de Nicolas Sarkozy.Nouvelle formule, parce que sur ce sujet l'ancien Président a parfois semblé hésiter.
Souvent Sarkozy varie. En 2007, élu Président, il avait créé le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. Il avait ensuite un grand débat qui avait tellement mal tourné qu'il y avait renoncé, avant de supprimer son ministère en 2010 en expliquant que les mots "d'identité nationale" pouvaient susciter des malentendus. Mais en 2012, candidat à la présidentielle, Nicolas Sarkozy y revient. Parce que finalement "identité nationale" ce n'est pas un gros mot. Mais un peu quand même, lorsqu'en 2015 devant les cadres de son parti il fait un mea culpa. Il confie : "Je n'aurais pas dû parler d'identité nationale mais dire que je défends les valeurs de la République".

Le discours de Nicolas Sarkozy sur l'identité nationale est segmentant

Alba Ventura

On le retrouve donc aujourd'hui assumant pleinement les mots d'identité nationale qu'il a renommé "identité de la France". Pourquoi ? D'abord pour ressouder son noyau dur avant la primaire. Ensuite parce que la primaire de la droite et du centre pourrait en fait être une primaire de l'extrême-droite jusqu'au centre. Selon un sondage OpinionWay qui a établi le profil des électeurs certains d'aller voter, un électeur sur six appartiendrait au Front national. Pourquoi les électeurs du FN (dont beaucoup sont des déçus de 2007) se priveraient-il d'influencer le scrutin ?

Le discours de Nicolas Sarkozy sur l'identité nationale est segmentant. Il lui permet de cliver au sein de son propre camp, et notamment par rapport à Alain Juppé. Autrement dit, c'est une arme électorale mais surtout une arme anti-Juppé.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue