1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon : "Je suis le seul vote utile au premier tour" de la primaire de la droite
2 min de lecture

François Fillon : "Je suis le seul vote utile au premier tour" de la primaire de la droite

REPLAY - LE GRAND JURY - Le candidat à la primaire de la droite est persuadé de décrocher son ticket pour le duel final le 20 novembre.

François Fillon invité du Grand Jury dimanche 23 octobre 2016
François Fillon invité du Grand Jury dimanche 23 octobre 2016
Crédit : RTL / Romain Boé / SIPA PRESS
"Le Grand Jury" de François Fillon du 23 octobre 2016
27:10
"Le Grand Jury" de François Fillon du 23 octobre 2016 (partie 2)
27:48
Le Grand Jury de François Fillon du 23 octobre 2016
55:02
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Les sondages le placent au coude-à-coude avec Bruno Le Maire mais loin derrière Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, qui caracolent toujours en tête des intentions de vote au premier tour de la primaire de la droite et du centreFrançois Fillon n'en a que faire. Revigoré par son débat "réussi" du 13 octobre, l'ancien premier ministre est persuadé de se qualifier pour le second tour de ce scrutin interne. "Vous ne me preniez pas au sérieux, vous aviez tort", lance-t-il d'emblée au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "Ma conviction, c'est que je suis le seul vote utile au premier tour de cette primaire. Je suis le seul vote qui permette de faire émerger un programme de redressement national."

Le député de Paris garantit qu'il n'a jamais douté de cette qualification. "Ce programme que j'ai construit avec les Français depuis près de trois ans, je sais qu'il répond à leurs demandes, à leurs attentes." Qui peut-il alors dépasser ? Alain Juppé ? Nicolas Sarkozy ? "Ça peut être l'un et l'autre, c'est à eux de choisir", s'amuse-t-il. "Il y aura beaucoup de votants. Ces histoires de socle de militants, ça ne pèse pas très lourd dans une primaire où il y aura 2,5-3 millions de votants. Tous les pronostics seront déjoués. C'est le pronostic que je fais sur les pronostics."

Au cours de l'émission, le candidat n'a pas hésité à égratigner ses adversaires directs. Il a dénoncé le "programme flou" d'Alain Juppé destiné "à conserver sa place dans les sondages". Il refuse "un accord électoral avec le centre avant la primaire", faisant ainsi référence au rapprochement de François Bayrou et Alain Juppé. "Dans un pays en crise, on a besoin de choses claires (...) C'est un programme pas adapté à la situation", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/