1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire Les Républicains : selon François Fillon, les sondages "ne valent rien"
2 min de lecture

Primaire Les Républicains : selon François Fillon, les sondages "ne valent rien"

INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la droite s'exprime au lendemain de la clôture de l'université d'été des Républicains à La Baule.

François Fillon sur RTL, lundi 5 septembre
François Fillon sur RTL, lundi 5 septembre
Crédit : Sipa
Primaire Les Républicains : selon François Fillon, les sondages "ne valent rien"
01:10
François Fillon, invité de RTL le lundi 5 septembre
11:34
François Fillon sur RTL : "Il faut augmenter le temps de travail pour être plus compétitif"
04:11
Primaire Les Républicains : François Fillon estime que les sondages "ne valent rien"
11:46
Julien Absalon
Journaliste

François Fillon peut être serein. À quatre jours de la date limite de dépôt des candidatures pour la primaire de la droite, l'ancien premier ministre dépasse largement le nombre de parrainages requis. "Je vais déposer 78 parrainages de parlementaires", affirme-t-il sur RTL, ce lundi 5 septembre. À cela s'ajoutent les soutiens de "370 maires et élus locaux" et ceux de "plus de 6.000 militants". Autant de chiffres qui montrent, selon lui, un "décalage entre les commentaires sur le candidat décroché et la réalité de la situation".

Ces propos font directement référence aux sondages des inventions de vote pour la primaire, dans lesquels François Fillon arrive en quatrième position derrière Alain JuppéNicolas Sarkozy et Bruno Le Maire. Mais ces enquêtes "ne valent rien", selon l'intéressé qui, "convaincu", préfère s'appuyer sur ses parrainages et ses rencontres avec les Français. "Il n'y a jamais eu de primaire à droite, il n'y a pas de matrice, pas de référence. Énormément de Français ne savent pas encore s'ils vont voter à la primaire. Tout cela se cristallisera dans les derniers jours de la campagne. Ce que je regarde, ce sont les soutiens dont je bénéficie, c'est l'accueil que je reçois quand je me déplace dans le pays", ajoute-t-il.

François Fillon préfère ainsi relever les sondages de popularité des personnalités politiques, qui lui sont beaucoup plus favorables. En mai dernier, une enquête Ipsos lui accordait par exemple 38% d'opinion favorable, loin derrière Alain Juppé (52%) mais bien devant ses autres concurrents. "Je veux bien qu'il y ait un décalage entre ces sondages et ceux sur les primaires, mais ça m'étonnerait", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/