2 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : Vincent Peillon attaque le projet de Benoît Hamon

REPLAY - INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la gauche s'en est pris à deux mesures proposées par son concurrent : le 49.3 citoyen et le revenu universel.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Vincent Peillon était l'invité de RTL le 10 janvier 2017 Crédit Image : Frédéric Bukajlo / Sipa Press / RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Considéré comme le quatrième homme de la primaire de gauche, à en croire les résultats d'un sondage Kantar Sofres-Onepoint pour RTL, Vincent Peillon a décidé de passer à l'offensive contre celui qui le précède et semble afficher la meilleure dynamique du moment : Benoît Hamon. Au micro de RTL, mardi 10 janvier, le député européen s'est attaqué à deux propositions phares de son concurrent.

En premier lieu, son viseur s'est porté sur l'idée du 49.3 citoyen. Cette mesure vise à donner la possibilité à 400.000 personnes de se mobiliser sous forme de pétition pour stopper une proposition de loi. Pour Vincent Peillon, un premier problème se pose sur la forme et l'aspect purement sémantique. "À mon avis, le mot (49.3 citoyen, ndlr) est mal choisi. D'un côté, il le supprime, de l'autre il le remet".

Mais c'est surtout sur le fond que le bât blesse, selon lui. "Donc 400.000 personnes vont pouvoir bloquer l'application des lois décidé par une majorité", observe-t-il, considérant que "aucune des réformes de ce pays" n'aurait pu être votée avec ce système. Sans détour, le proche de François Hollande considère qu'une telle proposition discrédite le projet de Benoît Hamon : "Il faut que cette primaire soit sérieuse. On n'est pas là pour dire des choses qu'on ne fera pas".

La pensée de Hamon jugée hors du temps

Dans un second temps, il s'est attardé sur le revenu universel, projet que Benoît Hamon avait précisé la veille sur RTL. Seulement, Vincent Peillon y voit une "rupture avec le principe républicain fondamental de solidarité". Il n'hésite d'ailleurs pas à renvoyer au passé la pensée "hamoniste" sur la raréfaction du travail liée à la révolution numérique et la place du travail dans la société.

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

"Le début du raisonnement de Benoît Hamon, c'est de nous expliquer que les robots vont nous remplacer. (...) Les études sur lesquelles il se fonde sont des études qui ont été corrigées. Depuis, on s'est rendu compte qu'on avait confondu la tâche et la profession. Des tâches vont disparaître, pas des métiers", analyse Vincent Peillon. Pour répondre à la destruction créatrice de l'emploi, provoquée par l'innovation et le numérique, l'ex-ministre propose plutôt de "monter le niveau de qualification" pour que les Français ne soient pas pris de court par les "métiers de demain [qui] sont des métiers qualifiés".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Présidentielle 2017 Vincent Peillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants