2 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : Vincent Peillon officialise sa candidature

L'ancien ministre de l'Éducation nationale était l'invité du "20 heures" de France 2 ce dimanche 11 décembre.

Vincent Peillon, le 12 novembre 2012 à Amiens, pour parler de la prévention et de la sécurité dans les écoles
Vincent Peillon, le 12 novembre 2012 à Amiens, pour parler de la prévention et de la sécurité dans les écoles Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Un de plus. Vincent Peillon a mis fin au suspense qui entourait sa décision depuis plusieurs jours. L'ancien ministre de l'Éducation nationale de François Hollande a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche sur France 2. Après deux ans de diète médiatique, Vincent Peillon, 56 ans, a retrouvé le goût de la bataille électorale quelques jours après le renoncement du président à briguer un second mandat le 1er décembre dernier.

Alors qu'il avait laissé entendre qu'il ne se présenterait plus à aucune élection en avril dernier, le député européen fait donc un retour aussi remarqué qu’inattendu. "Je n'avais pas prévu de l'être (candidat, ndlr) car je considérais que le président de la République devait porter les couleurs de son bilan, je l'ai prise (la décision, ndlr) le soir où il (le président, ndlr) a fait son annonce", a-t-il indiqué sur France 2.

"Je crois que très vite les Français vont réapprécier la personne et le bilan de Hollande"

Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche
Partager la citation

Le quinquagénaire, soutenu par la députée Karine Berger, s'est posé en candidat du "rassemblement" et réfuté l'idée même d'un projet "tout sauf Valls". "Ça n'a aucun sens. Je vous le dis très clairement, une décision comme celle-là, elle se prend dans la solitude de sa conscience, je n'ai aucun ennemi."

L'eurodéputé a profité de son annonce pour fustiger le programme de François Fillon. "La droite" de Monsieur Fillon est en train d'affirmer des choses d'une dureté incroyable, attaquer les fonctionnaires", pointe celui qui prend à contre pied Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, ses anciens alliés lors de la construction du courant rénovateur du "Nouveau parti socialiste" après le 21 avril 2002. Vincent Peillon défend ainsi le bilan de François Hollande. "Je crois que très vite les Français vont réapprécier la personne et le bilan" de l'actuel chef de l'État, a-t-il pronostiqué, tout en reconnaissant "erreurs" et "difficultés", par exemple une "majorité trop étroite". "J'en parlerai".

Professeur de philosophie entré en politique sur le tard

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

À quatre jours de la clôture des candidatures à la primaire de la gauche, Vincent Peillon sera opposé à Arnaud MontebourgBenoît HamonManuel Valls, Jean-Luc BennahmiasFrançois de Rugy et possiblement Gérard Filoche et Sylvia Pinel.

Professeur de philosophie, Vincent Peillon a débuté sa carrière politique à l'âge de 32 ans, aux côtés d'Henri Emmanuelli à l'Assemblée nationale. Député de la Somme en 1997, il grimpe vite les échelons au Parti socialiste, dont il est devenu le porte-parole en 2000, déjà sous l'autorité de François Hollande.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Vincent Peillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants