1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire de la gauche : Valls passe à l'attaque face à Hamon
2 min de lecture

Primaire de la gauche : Valls passe à l'attaque face à Hamon

En meeting à Boisseuil, en Haute-Vienne, Manuel Valls a clairement visé Benoît Hamon en se targuant de ne pas céder à "la facilité de la démagogie".

Manuel Valls lors d'un meeting à Boisseul, le 18 janvier 2017
Manuel Valls lors d'un meeting à Boisseul, le 18 janvier 2017
Claire Gaveau & AFP

Il n'a pas prononcé son nom mais la cible était pourtant bien distincte. Manuel Valls a principalement visé Benoît Hamon mercredi 18 janvier pour son avant-dernier meeting avant le premier tour de la primaire initiée par le PS, en se targuant de ne pas céder à "la facilité de la démagogie". Sans le citer nommément, l'ancien Premier ministre a critiqué le programme proposé par son ancien ministre de l'Éducation, qui ne cesse de progresser dans les sondages.

Il a de nouveau fustigé le revenu universel de Benoît Hamon qui "nécessiterait de doubler le budget de l'État et donc d'augmenter massivement les impôts". "C'est facile de promettre l'impossible... lorsqu'on sait au fond de soi que l'on n'en sera jamais comptable !", a lancé l'ancien pensionnaire de Matignon, devant 500 personnes à Boisseuil, dans la Haute-Vienne. "C'est facile de dire 'ouvrez les frontières', 'laissez entrer tout le monde', 'soyez plus généreux' (...) C'est facile de faire sauter les interdits, de dire dans une campagne qu'on veut légaliser le cannabis", a-t-il argumenté.

Je suis la cible parce que je peux gagner

Manuel Valls

Manuel Valls a donc choisi de passer à l'offensive en cette fin de campagne alors que se profile le premier tour de la primaire de la gauche, dimanche 22 janvier. "C'est plus dur de réformer (...), plus dur de démanteler la Lande de Calais, d'organiser un accueil digne des réfugiés sur tout le territoire (...), beaucoup plus dur de combattre la délinquance, les trafics qui minent les quartiers populaires", a-t-il lancé.

L'ex-chef du gouvernement, qui mène une campagne beaucoup plus difficile que prévue, est également revenu sur la gifle que lui a infligée un jeune mardi à Lamballe. "Ce coup veut dire que l'on ne veut pas discuter, que l'on veut disqualifier. Beaucoup veulent mettre la gauche à terre... celle qui assume les responsabilités. Mais moi je le refuse", a-t-il affirmé. Avant de réaffirmer : "Je suis la cible parce que je peux gagner".

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.