4 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : pourquoi Montebourg a choisi Hamon

DÉCRYPTAGE - Arnaud Montebourg a appelé ses militants à voter pour Benoît Hamon au second tour de la primaire de la gauche. Une décision s'expliquant par d'importants points de convergence.

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, le 15 décembre 2016
Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, le 15 décembre 2016 Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Premier à prendre la parole après la proclamation des résultats du premier tour de la primaire de la gauche, dimanche 22 janvier, Arnaud Montebourg a accordé sans condition son soutien le plus total à Benoît Hamon. Dans une brève allocution à son QG de campagne parisien, l'ancien ministre du Redressement productif a déclaré face aux militants et les journalistes : "Je voterai Benoît Hamon et je vous invite à faire de même".

Avec 17,52% des suffrages, selon le décompte encore provisoire réalisé au lendemain matin du scrutin, Arnaud Montebourg pèse dans le rapport de force. Pour Benoît Hamon (36,25%), disposant d'une avance non négligeable sur Manuel Valls (31,11%), ce ralliement lui offre potentiellement un confortable matelas de voix et lui permet d'envisager cette dernière semaine de campagne avec un certain optimisme.

Annoncé comme fort probable, ce soutien aurait pourtant pu se heurter à de profondes divergences. Le revenu universel de Benoît Hamon, principal point de crispation vis-à-vis de tous ses adversaires, a ainsi été largement décrié par Arnaud Montebourg, fervent défenseur d'une société du travail. Ils ne partagent pas non plus la même vision sur la légalisation du cannabis ou la sortie rapide du nucléaire, toutes deux voulues par le nouveau favori de la primaire. Reste que les deux hommes ont aussi de solides points de convergence, notamment sur des questions particulièrement importantes pour la gauche.

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

Ce sur quoi ils sont d'accord

Sur bon nombre de sujets majeurs, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg se retrouvent. Concernant la controversée loi Travail, tous deux sont d'accord pour son abrogation pure et simple et le rétablissement de la hiérarchie des normes. Pour l'ancien ministre de l'Éducation, il est nécessaire que "notre code du travail continue de prévaloir sur les accords négociés par les branches et les entreprises, sauf lorsque les accords apportent une protection supplémentaire aux salarié(e)s". Aussi, ils portent un œil bienveillant vis-à-vis de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples homosexuels.

Pour la réforme des institutions, tous deux sont partisans d'une VIe République. Cela passe notamment par l'introduction d'une dose de proportionnelle dans l'élection des députés, ainsi que la nomination de citoyens pour siéger au Sénat. Ils sont également favorables à la suppression de l'article 49.3 de la Constitution, tout en le laissant à la disposition de l'exécutif pour les projets de loi de finances.

D'un point de vue purement économique, ils partagent l'idée de se dresser contre la "règle des 3%" de l'Union européenne. Inscrit dans le traité de Maastricht de 1992, ce pacte budgétaire européen empêche théoriquement, sous peine d'amende, les pays membres de l'UE d'avoir un déficit public dépassant les 3% du PIB.

Tout sauf Valls

Le ralliement d'Arnaud Montebourg est aussi motivé par une volonté de mettre à mal le bilan du quinquennat de François Hollande, que Manuel Valls défend vertement. Dans son discours de reconnaissance de défaite, au soir du premier tour, le chantre du made in France a insisté sur le fait que les électeurs ont placé Benoît Hamon devant l'ex-Premier ministre. Selon lui, ils ont voulu que la gauche, comme la "rivière sortie de son lit (...) retrouve son cours naturel".

Échaudé par la politique économique social-libérale et l'importance accordée par Manuel Valls aux "questions d'identité", Arnaud Montebourg estime que les Français ont "exprimé comme premières préoccupations l'avenir du travail, du modèle social, la question européenne et la nécessaire protection contre la mondialisation abusive et déloyale". Ce ton de la campagne a d'ailleurs été souligné par Benoît Hamon. "On a parlé (...) un peu moins de burkini. Réjouissons-nous du fait que cet agenda ait changé", s'est-il félicité au lendemain du scrutin.

Asséner à Manuel Valls ce qui pourrait être le coup fatal s'avère donc être un choix naturel pour Arnaud Montebourg, d'autant que son parcours récent est quelque peu semblable à celui de Benoît Hamon. Tous deux sont entrés au gouvernement en 2012. Tous deux sont devenus frondeurs. Tous deux ont quitté le gouvernement le 25 août 2014 après une énième critique de la ligne hollandaise. D'ailleurs, Arnaud Montebourg n'a pas manqué de le relever : "Avec Benoît Hamon, nous avons combattu ensemble dans le gouvernement les politiques sociales libérales aujourd'hui désavouées par les électeurs de la primaire. Nous avons quitté le gouvernement ensemble et veillé ensemble, malgré des désaccords, à ce que nos prises de position restent complémentaires et compatibles". De quoi offrir une réserve de voix considérables à Benoît Hamon et peut-être plier le match.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Présidentielle 2017 Arnaud Montebourg
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786882183
Primaire de la gauche : pourquoi Montebourg a choisi Hamon
Primaire de la gauche : pourquoi Montebourg a choisi Hamon
DÉCRYPTAGE - Arnaud Montebourg a appelé ses militants à voter pour Benoît Hamon au second tour de la primaire de la gauche. Une décision s'expliquant par d'importants points de convergence.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-de-la-gauche-pourquoi-montebourg-a-choisi-hamon-7786882183
2017-01-23 14:21:36
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6dSP5KZ5KjYUliGzMiyyvQ/330v220-2/online/image/2017/0117/7786787012_arnaud-montebourg-et-benoit-hamon-le-15-decembre-2016.jpg