3 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : Peillon reprend des promesses non tenues de Hollande en 2012

ÉCLAIRAGE - Le candidat à la primaire de la gauche s'est largement inspiré des propositions de 2012 de François Hollande pour élaborer son programme.

Vincent Peillon et François Hollande, le 3 septembre 2013 à Denain
Vincent Peillon et François Hollande, le 3 septembre 2013 à Denain Crédit : PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Vincent Peillon est-il le digne héritier de François Hollande ? Si le chef de l'État a confirmé, lors de la dernière cérémonie des voeux de son quinquennat, qu'il ne s'immiscerait pas dans la campagne de la primaire de la gauche, son ancien ministre de l'Éducation nationale, sorti du bois sur le tard, multiplie les références à son ancien patron. Dès le soir de l'annonce de sa candidature, le 11 décembre, il considérait "que le président de la République devait porter les couleurs de son bilan" en étant candidat. Trois semaines plus tard, le 2 janvier, il reconnaissait ne pas avoir dormi pendant "trois jours" après le renoncement de François Hollande à briguer un second mandat.

Après la forme, le temps est venu de parler du fond. Vincent Peillon, devenu candidat surprise, a dévoilé son programme mardi 3 janvier. Et le résultat est flagrant : le député européen a puisé, en partie, son inspiration dans les propositions du candidat Hollande de 2012.

Le droit de vote des étrangers aux élections locales

François Hollande l'avait classé à la 50e position dans la liste de ses 60 engagements en 2012. Manuel Valls, alors premier ministre, avait préféré enterrer le droit de vote des étrangers aux élections locales, éternellement repoussé par François Hollande, en octobre 2015, devant un parterre d'étudiants de Science Po Paris. Ce n'était pour lui "plus une priorité", retranscrivait Lui Président, l'un des blogs hébergés par le journal Le Monde. Pragmatique plus qu'idéologue, il reconnaissait alors que la réforme n'obtiendrait pas de majorité au Parlement. "Je suis convaincu qu'elle ne sera pas proposée à la prochaine présidentielle." Raté.

Vincent Peillon proposera "d’inscrire dans notre Constitution le droit de vote aux élections locales des étrangers non communautaires résidant en France depuis plusieurs années." Seule différence : l'ancien ministre proposera un référendum à l'automne 2017 sur sa réforme de la Constitution.

La proportionnelle à l'Assemblée nationale

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

Le degré n'est pas le même. Mais là encore, les programmes de François Hollande en 2012 et Vincent Peillon en 2017 se croisent. Le candidat à la primaire de la gauche propose la proportionnelle intégrale quand le chef de l'État parlait de "part de proportionnelle". Vincent Peillon propose "que l’Assemblée nationale soit élue au scrutin proportionnel dans les grandes régions, ce qui favorisera notamment une présence paritaire de femmes et d’hommes."

La procréation médicalement assistée (PMA)

C'est l'une des réformes emblématiques du président Hollande. Et l'une des prises de paroles de Christiane Taubira, alors garde des Sceaux, qui a marqué le quinquennat. En 2013, la gauche ouvrait le mariage aux couples de même sexe, divisant alors les Français sur la question. Elle n'est, en revanche, jamais allée jusqu'à proposer la mise aux voix à l'Assemblée du texte ouvrant la procréation médicalement assistée aux femmes homosexuelles ou stériles, comme elle l'avait promis. La proposition, dissociée du mariage pour tous, a été abandonnée en 2014. Deux ans plus tard, Laurence Rossignol, ministre des Familles, a définitivement reporté la réforme pour après 2017. "Le candidat de gauche, qui sera candidat en 2017 et élu en 2017, portera incontestablement cet engagement", expliquait-elle.

Tous les candidats à la primaire de la gauche n'en sont pas à ce stade. Mais Vincent Peillon l'assure : "Je garantirai l'égalité des droits en ouvrant aux couples de femmes l'accès à la procréation médicalement assistée".

Réduction de la part du nucléaire de 75% à 25% dans la production d'électricité

Du copier-coller en matière de stratégie vis-à-vis du nucléaire. François Hollande fixe aujourd'hui à 2025 l'échéance portant la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production d'électricité en France. Vincent Peillon est favorable à la même perspectives'opposant "catégoriquement au gaz de schiste".

La suppression de la Cour de justice de la République

Dans son volet sur la République irréprochable, François Hollande promettait de supprimer la Cour de justice de la République. La reconnaissance de la culpabilité de Christine Lagarde, "dispensée de peine" dans l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, a relancé le débat sur l'intérêt de la Cour de justice de la République. "Il est plus que temps de supprimer la Cour de justice de la République mais surtout de garantir aux magistrats du parquet leur indépendance", écrit-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Vincent Peillon François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786574158
Primaire de la gauche : Peillon reprend des promesses non tenues de Hollande en 2012
Primaire de la gauche : Peillon reprend des promesses non tenues de Hollande en 2012
ÉCLAIRAGE - Le candidat à la primaire de la gauche s'est largement inspiré des propositions de 2012 de François Hollande pour élaborer son programme.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-de-la-gauche-peillon-reprend-des-promesses-non-tenues-de-hollande-en-2012-7786574158
2017-01-04 09:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Dp0bMEv6j_29axg1z1nAKw/330v220-2/online/image/2016/1221/7786380112_vincent-peillon-et-francois-hollande-le-3-septembre-2013-a-denain.jpg