1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire de la droite : pourquoi François Fillon est-il attaqué sur l'avortement ?
2 min de lecture

Primaire de la droite : pourquoi François Fillon est-il attaqué sur l'avortement ?

ÉCLAIRAGE - Large vainqueur du premier tour, le député de Paris est désormais la cible des attaques du maire de Bordeaux.

Alain Juppé et François Fillon
Alain Juppé et François Fillon
Crédit : ERIC GAILLARD / POOL / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Le deuxième tour de la primaire est bel et bien lancé. Largement distancé par François Fillon au soir du premier tour de la primaire, Alain Juppé a décidé de passer à l'offensive. Programme économique "brutal", vision "traditionaliste"... Le maire de Bordeaux affûte son argumentaire pour refaire son retard. Seize points séparaient les deux candidats à la sortie des urnes, dimanche 20 novembre.

>> Ce qu'il faut attendre de Juppé et Fillon lors de cet entre-deux-tours

La position du député de Paris sur l'avortement est devenue le principal angle d'attaque du maire de Bordeaux. "Que François Fillon clarifie sa position sur l'avortement", a notamment lancé Alain Juppé mardi 22 novembre sur Europe 1. La réponse de l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a été immédiate : "Jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas", a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Viry-Châtillon.

L'IVG, un droit fondamental ?

Celui qui est régulièrement comparé à Margaret Thatcher a multiplié les va-et-vient sur cette question de l'interruption volontaire de grossesse. Dans son livre Faire, qui présente d'une manière étayée son programme, François Fillon avait notamment expliqué que l'avortement était "un droit fondamental", avant de revenir sur ses propos lors d'un meeting à Aubervilliers en juin dernier. "Ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce que je voulais dire, c'est que c'est un droit sur lequel personne ne reviendra. Philosophiquement et compte tenu de ma foi personnelle, je ne peux pas approuver l'avortement", lançait-il alors.

Une position rappelée une nouvelle fois sur le plateau de L'Émission politique, face à Léa Salamé et David Pujadas. "Jamais personne, et certainement pas moi, ne reviendra sur l'avortement. Je n'ai pas à m'expliquer sur mes convictions religieuses", expliquait-il assurant alors faire la différence entre "ses convictions" et "l'intérêt général". "Je considère que l'intérêt général, ce n'est pas de rouvrir le débat". 

À lire aussi

Les questions de l'avortement ne devraient donc pas être remises sur le devant de la scène par François Fillon en cas de victoire au second tour de la primaire de la droite et du centre. En novembre 2014, il avait même fait partie des 27 députés UMP à voter en faveur de la résolution réaffirmant le droit fondamental à l'IVG, rappelle France Info malgré de vives critiques lors de l'étude du projet de loi quelques mois plus tôt.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/