1 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire de la droite : Sarkozy estime être victime d'acharnement dans l'affaire Bygmalion

Interrogé sur les attaques de François Fillon et Bruno Le Maire, l'ex-président a estimé que ces déclarations "n'honorent pas ceux qui les prononcent".

Nicolas Sarkozy lors du débat de la primaire de la droite du 13 octobre 2016.
Nicolas Sarkozy lors du débat de la primaire de la droite du 13 octobre 2016. Crédit : Capture d'écran LCI
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Après une première partie de soirée très calme, la tension est peu à peu montée entre les 7 candidats de la primaire de la droite et du centre lors du débat du 13 octobre. Interrogé sur les attaques de Bruno Le Maire et François Fillon à propos de sa mise en examen dans l'affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy a répondu sans détour après quelques secondes d'hésitation : "Ce ne sont pas des déclarations qui honorent ceux qui les prononcent".

Lors de son meeting de rentrée à Sablé-sur-Sarthe le 28 août, François Fillon avait tiré à boulet rouge sur le président de la République, en jugeant incompatible la mise examen de son rival dans l'affaire Bygmalion et sa candidature à la primaire de la droite. "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?", devant ses partisans.
Revivez le débat de la primaire de la droite et du centre sur RTL et RTL.fr


L'ancien président de la République a poursuivi en mettant en avant l'acharnement dont il estime avoir été victime. "Mon casier judiciaire, après en 37 ans de vie politique, il est vierge", a asséné Nicolas Sarkozy, "et depuis 5 ans, je suis le Français qui a été le plus écouté, perquisitionné, interrogé. Résultat : 5 non-lieux." Pour répondre aux attaques de François Fillon, l'ancien président des Républicains a de nouveau clamé son innocence : "Est-ce que vous croyez vraiment que si j'avais quoi que ce soit à me reprocher, je me lancerais dans cette nouvelle campagne."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Les Républicains Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants