1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire de la droite : les électeurs de gauche peuvent-ils changer l'issue du scrutin ?
3 min de lecture

Primaire de la droite : les électeurs de gauche peuvent-ils changer l'issue du scrutin ?

INTERVIEW - S'ils se mobilisent pour aller voter, les électeurs de gauche pourraient peser sur le résultat de la primaire de la droite et du centre. Une situation qui pourrait profiter à Alain Juppé.

Un bulletin de vote glissé dans l'urne (illustration)
Un bulletin de vote glissé dans l'urne (illustration)
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Philippe Peyre

Ils sont 6 à 7% de Français à se déclarer absolument certains d'aller voter à la primaire de la droite et du centre en novembre, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria/Le Monde. Et parmi ces électeurs, ils sont environ 8% à se sentir proches d'un parti de gauche, principalement le Parti socialiste. "C'est à la fois peu et beaucoup", estime Brice Teinturier, le directeur général délégué de l'Ipsosinterrogé dans Le Parisien. "Peu, parce que ramenés à l'ensemble des sympathisants de gauche de ce pays, ce n'est que 2% d'entre eux. Beaucoup, parce que 8% du corps électoral des primaires, ce n'est pas négligeable".

Mais en quoi le vote des sympathisants de gauche peut-il influencer le résultat du scrutin ? Pour Yves Sintomer, politologue et professeur en Science Politique à l'Université Paris 8, c'est simple : "Si on assiste à une forte mobilisation de ces électeurs, elle sera en faveur d'Alain Juppé". Pourquoi le maire de Bordeaux ? "Il est perçu comme un homme ayant un sens de l'État, contrairement à Nicolas Sarkozy, chez qui les sympathisants de gauche ne perçoivent que son ambition personnelle", juge le politologue.

Autrement dit, les sympathisants de gauche qui se disent prêts à se déplacer pour voter à cette primaire le feraient particulièrement pour empêcher Nicolas Sarkozy de la remporter. Mais encore faut-il qu'ils se déplacent, et c'est là tout l'enjeu de cette élection : "Ils sont une force d'appoint très minoritaire, mais une force d'appoint malgré tout, qui peut avoir son importance en cas de résultats serrés", considère le directeur d'Ipsos.

Une mobilisation incertaine

Cet élan paraît peu probable aux yeux du spécialiste de la politique, Yves Sintomer : "Je crois que ce sera significatif à l'échelle d'un noyau de sympathisants de gauche mais ça ne va pas faire basculer le vote". Le politologue va même plus loin, estimant que les électeurs vont majoritairement bouder la primaire : "Quand on additionne le discrédit général de la politique, les réflexes identitaires et le fait de se déplacer, ce scénario paraît peu envisageable".

À écouter aussi

Brice Teinturier note également que "le fait de se déplacer au vu de tous dans un bureau de vote où l'immense majorité des électeurs sera de droite" représente un frein à cette mobilisation. En revanche, il n'exclut pas qu'une force émerge "si Nicolas Sarkozy était en nette progression dans les enquêtes à venir".

La récente enquête Ifop-Fiducial pour iTélé, Paris Match et Sud Radio confirme le scénario d'un coude à coude entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy si la participation est forte. Et de surcroît, si elle ne se limite pas aux sympathisants Les Républicains (LR). D'un côté, Alain Juppé fédère plus d'électeurs aux sensibilités politiques différentes. Il monte à 35% d'intentions de vote contre Nicolas Sarkozy, à 33%. De l'autre, lorsque l'on interroge les seuls sympathisants de droite, la tendance s'inverse. L'ancien chef de l'État est plébiscité à 48% quand ils ne sont plus que 28% à choisir Alain Juppé. Le résultat final reste donc définitivement dépendant de la mobilisation.

Pour François Baroin, maire de Troyes (Aube) et soutien de Nicolas Sarkozy, interrogé à ce sujet le dimanche 25 septembre dans l'émission BFM Politique, cette mobilisation est peu probable : "J'ai du mal à imaginer des hordes de socialistes, qui d'ailleurs ne sont plus aussi nombreuses, sortir de leur permanence pour aller traficoter un scrutin qui ne les concerne pas".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/