2 min de lecture Primaire Les Républicains

"Les débats ont permis à François Fillon de se révéler", selon Alba Ventura

ÉDITO - Retour sur le troisième et dernier débat entre les sept candidats de la primaire de la droite et du centre, jeudi 17 novembre.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Les débats ont permis à François Fillon de se révéler" Crédit Image : AFP / Christophe Archambault | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

À trois jours du premier tour, les candidats de la primaire de la droite et du centre ont tenu jeudi 17 novembre au soir leur ultime débat télévisé. C'est François Fillon qui a tiré son épingle du jeu. Celui qu'on n'attendait finalement pas dans cette campagne a encore été très bon. C'est ce que nous disions à l'issue du précédent débat. Il a confirmé. On a vu un François Fillon très en place dans son registre : très à droite, conservateur, s'adressant encore une fois à l'électorat catholique. On l'a vu lorsqu'il a lancé en conclusion, en référence à Jean-Paul II : "N'ayez pas peur".

C'est comme si les sondages l'avaient regonflé à bloc. Ces fameux sondages qui, paraît-il ne l'intéressaient pas. Jeudi soir, il a fait preuve d'autorité et de fermeté. On n'avait pas vu cette autorité auparavant. Ce qui l'a emporté chez lui, c'était plutôt son côté taciturne et presque résigné. Le "collaborateur" de Nicolas Sarkozy. On a toujours souligné le sérieux de son programme. Jusqu'à ces débats, il ne parvenait pas à trouver de l'écho. Les débats lui ont permis de se révéler.

Fillon s'est inscrit dans un débat à trois

S'il a les moyens de bousculer Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, cela ne veut pas dire que François Fillon va gagner ou virer en tête. Cela, personne n'en sait rien. D'autant que l'ancien premier ministre a quand même été bousculé jeudi soir, à la fois par Alain Juppé, qui est allé le chercher sur la réduction du nombre de fonctionnaires, et par Jean-François Copé, qui lui a reproché de ne pas avoir fait ce qu'il propose aujourd'hui.

C'est vrai que François Fillon dit qu'il veut se "débarrasser de ceux qui font les programmes scolaires", mais il ne l'a pas fait avant. Il veut supprimer l'ISF, mais il ne l'a pas fait avant. Il veut revenir aux 39 heures, mais il ne l'a pas fait non plus avant.

À lire aussi
Xavier Bertrand le 20 février à Lille Primaire Les Républicains
Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand pas "le mieux placé" à droite, selon Hortefeux

François Fillon s'est clairement inscrit dans un débat à trois, mais il a face à lui un Alain Juppé qui reste solide (il a été très à l'aise jeudi), un Nicolas Sarkozy qui est très énergique (qui a réussi à mettre en avant son expérience  de chef d'État, même si on l'a vu perdre ses nerfs sur la question du financement de sa campagne).

Un débat mal préparé

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet a été très bonne lors du troisième débat. Elle mérite sa place dans le débat. On ne sait pas si elle a gagné ses galons pour un futur ministère de la Défense, mais elle a montré jeudi soir que le sujet l'intéressait au plus haut point. Bruno Le Maire pâtit de son côté trop techno, trop intello. Jean-François Copé s'exprime bien, mais il reste inaudible. Jean-Frédéric Poisson, il lui arrive encore de se noyer.

Globalement les échanges ont été bons,  notamment sur l'Éducation nationale et sur la politique internationale. En revanche, c'était une catastrophe sur la forme. C'était la foire, avec des candidats empêchés de répondre et qui se rebiffent contre les présentateurs. Cette non-préparation du débat est venue en gâcher la qualité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Présidentielle 2017 François Fillon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants