1 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire de la droite : de troublantes anomalies à Châteaurenard

L'assesseur représentant François Fillon n'a pas pu pénétrer dans le bureau de vote, qui avait de surcroît ouvert en avance ce dimanche 20 novembre.

Un électeur s'acquitte de sa cotisation de 2 euros pour la primaire de la droite et du centre le 20 novembre à Mulhouse.
Un électeur s'acquitte de sa cotisation de 2 euros pour la primaire de la droite et du centre le 20 novembre à Mulhouse. Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang

À peine remis de la guerre fratricide entre Jean-François Copé et François Fillon à l’issue de l’élection pour la présidence de l’UMP en 2012, Les Républicains avaient soigneusement préparé l’organisation de la primaire de la droite et du centre pour éviter tout accroc. Les partisans de François Fillon ont cependant fait remonter d’étonnantes anomalies sur le déroulement du vote dans le bureau de Châteaurenard.

>> Suivez en direct le premier tour de la primaire de la droite et du centre sur RTL.fr

Alors qu’il s’était présenté à 7h30 à l’unique bureau de vote de cette commune du nord des Bouches-du-Rhône, l'assesseur représentant François Fillon s’est tout bonnement vu refuser l’entrée, rapporte L’Obs. À 7h45, l'assesseur en a saisi la cellule juridique de son candidat qui a elle-même saisi la Haute autorité. Jérôme Chartier, porte-parole de François Fillon, a confirmé le dépôt d'un recours. À la mi-journée, le représentant de l’ancien Premier ministre n’avait toujours pas pu se rendre à l’intérieur pour surveiller le déroulement du vote.

À lire aussi
Frédéric Lefebvre, en septembre 2016 Les Républicains
"Un soupçon de tricherie" plane sur la primaire LR, pour Frédéric Lefebvre

Un fief acquis aux ennemis de François Fillon

Un second détail a éveillé la suspicion du clan Fillon, encore traumatisé par le conflit de 2012. Le bureau de vote, “présidé par un dénommé Lombardo”, a ouvert ses portes à 7h50, soit 10 minutes avant l’horaire arrêté pour tous les bureaux de France métropolitaine. Après l’épisode de 2112, les suspicions de fraude sont dans toutes les têtes chez les partisans de François Fillon, mais aussi chez ceux d’Alain Juppé.

L’affaire est d’autant plus sensible que le député-maire de Châteaurenard, Bernard Reynès, s’est ostensiblement rapproché de Nicolas Sarkozy ces derniers mois, après avoir longtemps été un fervent soutien de Jean-François Copé. Autant que les partisans de François Fillon n’y sont pas vraiment en odeur de sainteté. C’est d’ailleurs à Châteaurenard que Nicolas Sarkozy avait tenu son premier meeting de campagne après avoir officialisé sa candidature à la primaire de la droite et du centre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Présidentielle 2017 Bouches-du-rhône
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785880941
Primaire de la droite : de troublantes anomalies à Châteaurenard
Primaire de la droite : de troublantes anomalies à Châteaurenard
L'assesseur représentant François Fillon n'a pas pu pénétrer dans le bureau de vote, qui avait de surcroît ouvert en avance ce dimanche 20 novembre.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-de-la-droite-de-troublantes-anomalies-dans-le-bureau-de-vote-de-chateaurenard-7785880941
2016-11-20 15:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JCMX4Raf28SuRqp4ib-XNw/330v220-2/online/image/2016/1120/7785881088_un-electeur-s-acquitte-de-sa-cotisation-de-2-euros-pour-la-primaire-de-la-droite-et-du-centre-le-20-novembre-a-mulhouse.jpg