1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Prêt à l'UMP : "pas illégal" pour Chatel, "choquant" pour Estrosi
2 min de lecture

Prêt à l'UMP : "pas illégal" pour Chatel, "choquant" pour Estrosi

Le groupe parlementaire de l'UMP a prêté 3 millions au parti en 2012, c'est l'information de Mediapart qu'a confirmé Christian Jacob samedi soir. Ce dimanche, les réactions des membres du parti divergent.

Luc Chatel devant le siège de l'UMP à Paris en novembre 2012 (archive).
Luc Chatel devant le siège de l'UMP à Paris en novembre 2012 (archive).
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Au lendemain des élections législatives de 2012, le groupe parlementaire de l'UMP, a prêté 3 millions d'euros au parti. L'information, révélée par Mediapart, a été confirmée samedi soir par Christian Jacob, président du groupe parlementaire depuis 2010. Ce dimanche 22 juin 2014, Luc Chatel et Christian Estrosi réagissent. Ils ne sont visiblement pas d'accord.

Invité du Grand rendez-vous Europe 1/Le Monde/I-Télé, le secrétaire général intérimaire de l'UMP Luc Chatel, a déclaré ce dimanche que Christian Jacob, avait agi "en solidarité" avec son parti en lui accordant au nom du groupe parlementaire un prêt de trois millions d'euros en 2012.

(Christian Jacob) n'a pas pris de décision qui soit illégale, n'a pas pris de décision en dehors de son champ de responsabilité. Il a une délégation du groupe pour cela. Il a agi en solidarité par rapport à son parti qui était exsangue (et) dans le cadre de ses responsabilités de président de groupe.

Luc Chatel

"J'ai été informé par Christian Jacob dès que j'ai pris mes fonctions" en début de semaine, a-t-il précisé, en ajoutant qu'un "premier remboursement a été effectué".

Le secrétaire général intérimaire de l'UMP a accueilli plutôt favorablement les propositions de réforme des règles de financement des groupes politiques formulées par le président de l'Assemblée, Claude Bartolone (PS). "Je suis favorable à tout ce qui peut permettre plus de transparence", a-t-il dit, relevant que ces propositions "démontrent que ce qui a été fait n'était pas illégal".

À lire aussi

Globalement, l'UMP avait emprunté 55 millions en 2012 "pour faire face aux dépenses de campagne électorale" et 28 millions pour l'achat de son siège, a-t-il précisé, en rappelant que l'audit financier sur la situation actuelle du parti sera publié le 1er juillet.

Christian Estrosi se sent trahi

Invité du Grand entretien de RCJ (Radio de la communauté juive), le député-maire UMP de Nice a lui déclaré ce dimanche que le prêt accordé par le groupe parlementaire au parti sans que les députés le sachent le "choque". Il souligne qu'il s'agissait "d'argent public", versé par l'Assemblée nationale au groupe.

En tant que parlementaire UMP qui apporte sa cotisation à son groupe régulièrement, qui permet à son groupe de toucher une dotation de l'Etat, chaque année, en signant mon accord pour que cela puisse être fait, j'ai le droit de savoir pourquoi et dans quelles conditions cela s'est passé. Nous n'avons jamais été informés de cela et cela me choque, très clairement.

Christian Estrosi

Par ailleurs, il a lui aussi accueil favorablement les propositions formulées par le président de l'Assemblée nationale. "Claude Bartolone (...) vient de proposer qu'il puisse y avoir un contrôle de l'usage des fonds publics dont disposent les groupes parlementaires à l'Assemblée Nationale, et c'est une bonne chose".

"L'UMP sort d'affaires délétères, moches et sales. (...) Je crois que notre système politique, progressivement, arrive vers sa fin de vie, l'UMP y a été confronté et l'UMP n'est qu'en survie et je ne sais pas s'il s'en sortira. Je le souhaite, s'il y a une démarche collective (...) car j'en ai assez des guerres de clans et de quotas, ce n'est pas dans cet esprit que j'ai adhéré à l'UMP", a poursuivi Christian Estrosi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/