1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle : comment Macron a désespérément attendu un appel de Hollande
1 min de lecture

Présidentielle : comment Macron a désespérément attendu un appel de Hollande

Emmanuel Macron a attendu jusqu'au dernier moment, sans succès, un entretien avec François Hollande avant d'annoncer officiellement sa candidature à l'élection présidentielle.

Emmanuel Macron lors de son discours de candidature le 16 novembre
Emmanuel Macron lors de son discours de candidature le 16 novembre
Crédit : Capture d'écran BFM TV
Christophe Guirard

Alors qu'Emmanuel Macron a déclaré mercredi soir sur France 2 que sa candidature à l'élection présidentielle était "mûrement réfléchie" et "irrévocable", l'ancien ministre de l'Economie aurait, selon une information de L'Obs, tenté jusqu'au dernier moment de s'entretenir avec le président de la République avant de faire son annonce. Une conversation qu'attendait Emmanuel Macron mais qui n'a finalement jamais eu lieu.

Si le leader du mouvement En Marche ! s'est montré catégorique au sujet de sa volonté de briguer la présidence sans passer par l'étape de la primaire socialiste, de quoi voulait-il parler avec François Hollande ? Souhaitait-il dissuader le chef de l'Etat, historiquement impopulaire, de se représenter ? L'Obs évoque le rôle d'un homme de l'ombre, Robert Zarader, qui a tenté d'arrondir les angles entre le président de la République et son ancien ministre. 

Professionnel de la communication, Zarader, aurait fait part à François Hollande de ses doutes quant à sa candidature, lui déclarant qu'il fonçait "droit dans le mur" et que cela serait "une catastrophe", espérant alors le convaincre de trouver un accord avec Emmanuel Macron.

Hollande ne croit pas vraiment à la candidature de Macron

Niant avoir pour objectif de semer le désordre au sein de la gauche, Emmanuel Macron avait voulu mettre les choses au point sur France 2 : "Aucun candidat de la gauche, de gouvernement ou qu'elle ne soit pas de gouvernement, n'est en situation d'accéder au second tour, qu'on ne vienne pas nous raconter d'histoires», rappelant également sa fidélité au chef de l'Etat : "J'ai conseillé François Hollande pendant deux ans, j'en suis fier, j'ai servi mon pays".

À lire aussi

Des proches du président de la République estiment cependant que la situation n'est pas figée et que François Hollande aurait encore l'espoir de faire revenir dans son camp son ancien poulain, en lui  proposant par exemple le poste de Premier ministre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/