3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : "Valls, le scorpion de la grenouille Macron", analyse Olivier Bost

ÉDITO - Pour analyser la stratégie de l'ancien premier ministre, un député PS se réfère à la fable du scorpion et de la grenouille.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Olivier Bost : "Valls, le scorpion de la grenouille Macron" Crédit Image : AFP / Archives, Patrick Kovarik | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
et Loïc Farge

Quelle est donc la stratégie de Manuel Valls ? L'ancien premier ministre a dit qu'il allait voter Emmanuel Macron. Il est aussi prêt à travailler avec François Fillon. On a beaucoup de mal à comprendre ce qu'il veut vraiment. A-t-il peur de tomber dans l’oubli ? Veut-il faire exploser le PS ? Cherche-t-il sa revanche sur tous les vilains frondeurs ? Est-il prêt à aider sincèrement Emmanuel Macron ? Dans la tête de Manuel Valls, il y a certainement un peu de tout ça. Dire qu'il n'a pas de parole, que c’est un traître, cela ne résout pas cette question : mais que cherche Manuel Valls ?

On a bien une petite idée. Disons que Madrid, les vacances, ça va un moment, mais c’est vite long. L'introspection, Manuel Valls en a fait un peu, mais pas trop. Il a pris le temps d'analyser et de digérer sa défaite à la primaire. Mais ce qui l’a emporté dans sa réflexion, c'est l’urgence de la situation. Il veut "tout faire", explique-t-il, "pour que le Front national ne passe pas", il a "une responsabilité".

Valls, "le mec qui bouge dans les sables mouvants"

Ne pas laisser gagner l'extrême droite, en fait, c'est le dernier réflexe que partage la gauche dans son ensemble. C'est un ministre qui nous l'a fait remarquer. De toute façon, pour un responsable politique de haut niveau, il est impossible de ne pas prendre parti, de rester silencieux, dans une élection comme celle-là. Manuel Valls applique donc ce principe. "Il ne pouvait pas ne rien dire". Mais comme le dit plus durement un responsable socialiste, "Valls c'est le mec dans les sables mouvants qui ne peut s'empêcher de bouger".

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de son meeting à la Bercy Arena en avril 2017 lors de la campagne présidentielle présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : la plainte d'Anticor envers plusieurs candidats classée sans suite

Mais cela ne suffit pas comme explication. Pourquoi maintenant ? Pourquoi comme ça ? C'est très violent pour Benoit Hamon, et même pour les socialistes. Manuel Valls sait, comme le candidat socialiste d'ailleurs, que l'avenir n'attend pas. Autrement dit, il prépare déjà la suite. Ce qui l’intéresse ce n'est pas le PS, jure-t-il. Le prochain congrès, il n’y participera pas, c’est ce qu’il promet à ses amis.

Ne pas laisser gagner l'extrême droite, le dernier réflexe que partage la gauche

Olivier Bost
Partager la citation

En fait, Manuel Valls veut juste prendre la tête d’un groupe de parlementaires pour peser depuis l'Assemblée dans le prochain quinquennat. Cela lui permet aussi de garder ses amis auprès de lui, d'avoir une petite armée, plutôt que de les voir partir en nombre chez Emmanuel Macron. Il veut en quelque sorte créer le groupe de ceux qui ne peuvent plus voir les autres socialistes en peinture et qui se méfient du candidat d'"En Marche !"

Cela lui permet aussi d’être indépendant financièrement, car le premier financement des partis c’est avec les députés. Et puis si ça tourne mal pour Emmanuel Macron, il sera une roue de secours bien utile. Un peu comme quand il a repris Matignon avec François Hollande. L'un de ses ennemis au PS résume ça très bien : "Manuel Valls va essayer d’être un petit manitou de l’assemblée, façon Quatrième République". Et cet ennemi trouve ça "assez minable".

Une irrépressible envie de tuer politiquement

Le but de Manuel Valls n'est pas vraiment d’aider Emmanuel Macron dans son quinquennat. L’entourage de Benoît Hamon, comme les amis d’Emmanuel Macron, le soupçonne en fait de déjà préparer 2022. Il se projette déjà cinq ans après. Pour dézinguer cette stratégie du coup d’après, un haut responsable du PS utilise la fable de la grenouille et du scorpion.

Que raconte cette fable ? C'est un scorpion qui demande à une grenouille de le transporter sur l’autre rive de la rivière. La grenouille hésite. Mais elle se dit finalement que si le scorpion la pique, ils périront tous les deux. Elle le prend sur son dos, et au milieu du chemin le scorpion la pique. Quand elle lui demande pourquoi il a fait ça, le scorpion lui réponds : "Je n'y peux rien, c’est dans ma nature".

Pour le responsable socialiste qui raconte cette fable, le scorpion c'est bien sûr Manuel Valls. La grenouille, la première fois, c’était François Hollande. La prochaine grenouille, ce sera Emmanuel Macron. L’envie de tuer politiquement, celui que vous accompagnez, serait irrépressible chez Manuel Valls. Il n’arrivera donc jamais jusqu'à l’autre rive de la rivière. Il n’arrivera jamais à être Président de la République. Voilà pourquoi on a tant de mal à comprendre ce qu’a fait Manuel Valls cette semaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Manuel Valls Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787891903
Présidentielle 2017 : "Valls, le scorpion de la grenouille Macron", analyse Olivier Bost
Présidentielle 2017 : "Valls, le scorpion de la grenouille Macron", analyse Olivier Bost
ÉDITO - Pour analyser la stratégie de l'ancien premier ministre, un député PS se réfère à la fable du scorpion et de la grenouille.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-valls-le-scorpion-de-la-grenouille-macron-analyse-olivier-bost-7787891903
2017-03-31 08:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8dkN44cffd6BiAYFe_i8WQ/330v220-2/online/image/2017/0331/7787892065_manuel-valls-et-emmanuel-macron-le-8-fevier-2016.jpg