2 min de lecture Parti socialiste

Présidentielle 2017 : "Sauf miracle, il y aura une alternance en 2017", estime Anne Hidalgo

Pour la maire de Paris, le gouvernement de François Hollande s'est montré "conservateur sur les questions de société et ultralibéral sur les questions économiques".

Anne Hidalgo et François Hollande lors de la cérémonie du 70e anniversaire de la libération de Paris, le 25 août 2014
Anne Hidalgo et François Hollande lors de la cérémonie du 70e anniversaire de la libération de Paris, le 25 août 2014 Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marie de Fournas

Pessimisme dans les rangs du Parti socialiste. Anne Hidalgo assure que "sauf miracle, il y aura une alternance" en 2017. La maire de Paris met en cause les orientations économiques et sociétales du gouvernement, qui selon elle, feront perdre la gauche aux prochaines élections présidentielles.

"L'échéance 2017 sera difficile pour ma famille politique parce qu'on ne peut pas dire qu'on a démontré une grande efficacité dans les réalisations et on a un peu tourné le dos aux engagements", déclare la socialiste dans une interview accordée au magazine VSD. Anne Hidalgo, plus proche dans ses idées des frondeurs que de la ligne politique de Manuel Valls ne souhaite pas donner de leçon. "J'essaie juste de dire que là, on se plante", explique-t-elle. Et selon la maire de la capitale, "la sanction sera terrible".

J'adorerais m'occuper d'une grande organisation internationale

Anne Hidalgo, maire de Paris
Partager la citation

Pressentie dans certains médias comme une potentielle candidate en cas de primaire à gauche, Anne Hidalgo a profité de cet entretien pour clore le sujet. "C'est un mandat de 2014 à 2020 pour lequel j'ai été élue et j'honorerai ce mandat sans aller m'égayer ailleurs. Cette ville me passionne, est magnifique et les Parisiens sont exigeants". Histoire de définitivement lever toute ambiguïté ou prédiction pour 2022, elle ajoute à l'hebdomadaire : "Je ne sais pas ce que je ferai, on verra. J'adorerais m'occuper d'une grande organisation internationale ou me mettre au service d'une grande ONG".

En janvier déjà, à l'occasion de l'émission Le Grand Jury, la maire socialiste avait mis en garde François Hollande en lui conseillant de "repartir à la conquête de ce peuple qui lui a fait confiance", afin d'éviter le pire. "Il faut redonner confiance à ceux qui ont cru en nous et qui se sont détachés de nous", avait-elle insisté. Moins de trois mois plus tard, pour Anne Hidalgo, le gouvernement ne semble pas avoir rempli le contrat . 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste François Hollande Anne Hidalgo
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants