3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : pourquoi Hamon revient-il vers Mélenchon ?

DÉCRYPTAGE - Le candidat socialiste, en difficulté, appelle de nouveau son concurrent à se ranger derrière sa candidature.

Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon le 21 janvier 2010 à Paris.
Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon le 21 janvier 2010 à Paris. Crédit : CHAMUSSY/SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

L'idée refait surface. "J'appelle désormais tous les électeurs, ceux qui sont engagés dans la lutte contre les injustices, j'appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux miennes". À son QG de campagne, mercredi 29 mars, Benoît Hamon tente à nouveau l'appel à une candidature commune avec son principal concurrent à gauche. Un avis partagé par Pierre Laurent, le chef de file des communistes : "Je demande une rencontre dans les tous prochains jours entre Jean-Luc MélenchonBenoît HamonYannick Jadot et moi-même pour créer les conditions de la victoire. C'est plus que jamais nécessaire.

Cela donne toutefois l'impression d'un retour en arrière de plus d'un mois dans la campagne présidentielle. Ce sujet du rassemblement entre ces deux candidatures était dans tous les esprits au sortir de la primaire de la gauche. Une longue séquence de tractations qui s'était heurtée au refus des deux protagonistes de retirer leur candidature. Le 26 février, Jean-Luc Mélenchon mettait un point final aux discussions : "Nous avons fait le tour de nos convergences et de nos divergences. (...) Je n’ai pas été surpris qu’il me confirme sa candidature et il ne l’a pas été que je lui confirme la mienne".

Hamon sur la pente descendante

La toute récente déclaration de Benoît Hamon n'est pas anodine, dans la mesure où elle est évidemment en lien direct avec l'officialisation du soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron, cristallisant la fuite en avant d'un bon nombre d'élus du Parti socialiste. Un nouvel acte qui isole un peu plus Benoît Hamon qui, après avoir tenté de satisfaire l'aile droite de son camp en amendant son programme, se voit contraint de se tourner vers la gauche de son électorat.

À lire aussi
Benoît Hamon au soir de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, à Paris le 23 avril 2017 Parti socialiste
Présidentielle 2017 : Benoît Hamon aussi a bénéficié de ristournes

Une nouvelle et ultime stratégie dans la dernière ligne droite afin d'endiguer la mauvaise dynamique affichée par les sondages. Depuis le débat télévisé à cinq candidats, diffusé lundi 20 mars, la machine semble s'être enrayée pour Benoît Hamon, désormais donné en cinquième position (à environ 11%-12%) derrière Jean-Luc Mélenchon.

Pour convaincre les électeurs, Benoît Hamon profite de la scission au sein du PS pour se poser en homme du rassemblement de l'ensemble de la gauche. Et de rappeler l'importance des enjeux posés par les législatives : "Je suis aujourd'hui le seul à pouvoir les faire gagner ensemble et ainsi créer les conditions d'une majorité parlementaire pour gouverner", assure-t-il, tout en mettant en avant sa "position centrale à gauche" lui permettant de "conjuguer des électorats différents, des radicaux aux plus modérés".

Cette demande n'est pas politiquement logique

Olivier Rouquan
Partager la citation

Mais au vu des précédents pourparlers, et de la confiance affichée par la France Insoumise, difficile d'imaginer Jean-Luc Mélenchon accepter de se mettre en retrait. "On ne s'occupe pas de Hamon, car on ne s'occupe pas de ceux qui sont derrière nous", explique d'ailleurs à l'AFP Danielle Simonnet, coresponsable politique du Parti de gauche. Olivier Rouquan, politologue spécialiste de la gauche, acquiesce auprès de RTL.fr : "Cet appel va tomber à l'eau. Je ne vois pas comment Jean-Luc Mélenchon peut céder à cette demande qui n'est pas politiquement logique. En général, on choisit le candidat le plus porteur".

Associé à une forme de "sectarisme" par Maunel Valls, Benoît Hamon semble vouloir "faire apparaître Jean-Luc Mélenchon comme un diviseur", selon Olivier Rouquan. C'est en tout cas l'idée défendue par Jérôme Guedj, le porte-parole du socialiste. "On est pris dans une sorte d'étau entre la tentation d'un vote utile que l'on essaye de démonter (...) et la ligne de Mélenchon qui peut incarner un vote plaisir, un vote défouloir". Mais le signal a peut-être une portée trop faible pour qu'il ait une chance de s'imposer. "Il suffirait que Jean-Luc Mélenchon dise que c'est à Benoît Hamon de se ranger derrière lui pour que la stratégie soit émoussée", renchérit le politologue.

À trois semaines de la présidentielle, Benoît Hamon tente donc un coup de poker. Pas sûr que cela lui soit favorable, selon l'analyse d'Olivier Rouquan : "C'est une tactique de défense. Mais un candidat à la présidentielle ne demande pas. S'il demande, c'est qu'il n'est pas en position de force".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Benoît Hamon Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787871711
Présidentielle 2017 : pourquoi Hamon revient-il vers Mélenchon ?
Présidentielle 2017 : pourquoi Hamon revient-il vers Mélenchon ?
DÉCRYPTAGE - Le candidat socialiste, en difficulté, appelle de nouveau son concurrent à se ranger derrière sa candidature.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-pourquoi-hamon-revient-il-vers-melenchon-7787871711
2017-03-29 18:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/qa7VgBn-pN4F75ZGRwYtoQ/330v220-2/online/image/2017/0218/7787302479_jean-luc-melenchon-et-benoit-hamon-le-21-janvier-2010-a-paris.jpg