1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : pourquoi François Asselineau veut renationaliser TF1
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : pourquoi François Asselineau veut renationaliser TF1

MOI CANDIDAT - L'invité surprise de cette présidentielle ne mâche pas ses mots contre la politique de la première chaîne d'Europe.

François Asselineau en meeting à Dijon, le 10 février 2017
François Asselineau en meeting à Dijon, le 10 février 2017
Crédit : JC Tardivon/SIPA
Présidentielle 2017 : pourquoi François Asselineau veut renationaliser TF1
03:07
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch
Journaliste

Pour le candidat de l'Union populaire républicaine, la première chaîne ne remplit pas son rôle d'éducation populaire. TF1 serait devenue, à l'entendre, une chaîne "ultra-commerciale". Pour y remédier, François Asselineau veut donc nationaliser la chaîne privatisée en 1986. Elle est depuis la propriété du groupe Bouygues. Et le candidat prend comme exemples des chaînes étrangères, comme la BBC en Grande-Bretagne ou la NHK au Japon, à la fois publiques et leaders dans leur pays. 

À quoi ressemblerait le TF1 souhaité par François Asselineau ? Le candidat de l'UPR veut un cahier des charges totalement remanié, une télévision qui laisse plus de place à la culture. "Tous les mois, on aurait du patrimoine public français, par exemple une pièce de Molière, une pièce de Racine, une pièce de Labiche, un opéra de Rameau mais aussi des films des années 1930, des années 1950", résume le candidat. Disons que c'est plus du Arte que du TF1.

François Asselineau, qui a une vision souvent complotiste des choses, nourrit un autre motif de colère à l'égard de TF1, plus conjoncturelle dirons nous : il n'a pas été invité au débat du lundi 20 mars. Il demande même aux cinq principaux candidats de ne pas s'y rendre en signe de solidarité.

Une nationalisation de TF1 est-elle faisable ?

Une nationalisation est-elle faisable ? En théorie, c'est le cas mais ça pourrait coûter cher à l'État. Aujourd'hui la capitalisation en bourse de TF1 dépasse 2 milliards d'euros. Et puis le projet éditorial de François Asselineau est très audacieux, voire trop. C'est en tout cas l'avis de François Jost, spécialiste des médias. "L'argumentation du candidat, c'est de dire que comme c'est une chaîne qui est beaucoup regardée, il faudrait en profiter pour faire une chaîne plus culturelle, et avoir un contenu plus éducatif. C'est une faute de raisonnement, parce que si la chaîne faisait ce que demande François Asselineau, elle aurait moins de public."

Que proposent les candidats en matière de médias ?

À lire aussi

En matière de médias, que proposent les autres candidats ? Tous n'ont qu'un mot à la bouche: l'indépendance des médias. Reste à savoir quelle définition ils en ont. Benoît Hamon veut par exemple lutter contre la concentration avec une mesure phare : l'interdiction de détenir plus de 40% du capital d'une entreprise de médias. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il veut que ce soit désormais le Parlement qui nomme les patrons de l'audiovisuel public, et pas le CSA, le conseil supérieur de l'audiovisuel, comme c'est le cas actuellement.

Emmanuel Macron et François Fillon se retrouvent eux sur une réorganisation de l'audiovisuel public, en réduisant  le nombre de chaînes, et de stations de radio. Ce n'est pas facile à mettre en oeuvre. Enfin Marine Le Pen est clairement attendue au tournant sur ce sujet. Elle reste d'ailleurs à ce stade très discrète : tout juste évoque-t-elle une réforme du CSA. Elle veut y faire entrer des personnalités de la société civile. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/